AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les prêches de Joffrey111

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aliénor
Admin
avatar

Messages : 1971
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Les prêches de Joffrey111   Mar 29 Mar - 9:09

Annotés et commentés par Lily.

Lily a écrit:
Prêches de l'immortel Joffrey111.
Recueil des prêches de Joffrey le 111ème.


(comment ça, j'en fais trop ? De parrain on en a qu'un !)

Comme tout ce dont il était capable de faire, Joffrey le 111ème, excellait dans la diction et le verbe. Réputé par ses prêches qui lui valurent un procès en diffamation et quelques pressions ecclésiastiques de la part de l'archevêque de Reims : l'inoxydable Aaron de Nagan, mon parrain continua à soutenir par ses mots, le bon petit peuple champenois. Homme de son temps, il combattit à Compiègne où il fit un prêche qui marqua les esprits. Ce fut là sa dernière production.


Liste non exhaustive des prêches :

Titrés puis classés selon l'ordre de la production, les lieux ne sont pas tous répertoriés


I. Qu'est-ce que l'être ? (Argonne, 1455)
II. L'être est un arbre à feuilles. (Argonne, 1455)
III. Retour des loups. (Argonne, 1455)
IV. Le son de ma voix. (Argonne, 1455, aucune certitude sur la date)
V. Prêche sur Quasi. (Argonne, 09 juillet 1455)
VI. Prêche sur Godasse. (Argonne, 1455)
VII. Prêche "Propagande" sponsorisé par Ricoh en faveur de la liste CHER pour les élections d'août 1455.
VIII. La beauté de l'écu. (Argonne, Varennes 24 septembre 1455)
IX. La beauté de la bière. (Argonne, Varennes, 1455)
X. Vous n'êtes jamais seul. (Varennes, 5 octobre 1455)
XI. Le bonheur est dans le pré. (Varennes, 16 octobre 1455)
XII. Le concept du point virgule. (Argonne, Compiègne, Orléans 8 novembre 1455)
XIII. Les Artésiens à Compiègne. (Compiègne, 16 mars 1456)

Annexe : Procès Quasi contre Joffrey111 (diffamation).
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Aliénor
Admin
avatar

Messages : 1971
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: Les prêches de Joffrey111   Mar 29 Mar - 9:09

Lily a écrit:
I.
Qu'est-ce que l'être ?


prêché à Argonne avant juillet 1455.

Citation :
« Joffrey111 prêche "la métaphysique est la science des causes premières."

Bien, afin de vérifier si vous avez été attentifs hier, je vous demande de me rédiger un résumé d'une trentaine de page sur chacun des sujets suivants : * Qu'est-ce que l'être ? * Pourquoi y a-t-il de l'être plutôt que rien ? * Existe-til une cause première ? * Qu'est-ce que la liberté ? * Est-ce que Dieu existe? * Est-ce que l'âme est immortelle? * Quel est le sens de la vie? * Qu'est-ce que la substance ? * En quoi consiste la finalité des choses ? Je tiens à signaler qu'hier je n'ai reçu aucun don... évidement, je ne prêche pas pour de l'argent, mais bon, il y a des limites hein ! Sans vouloir vous menacer ou vous influencer, si ce soir, je n'ai rien reçu, je déclenche une inondation. Bonne journée quand même »

II.
L'être est un arbre à feuilles.

prêché à Argonne avant juillet 1455.

Citation :
« Joffrey111 prêche "le bonheur est une forme de contemplation, que le sage doit s'efforcer d'atteindre."

Argonnautes, vu vos résultats pitoyables au test que je vous ai donné, je vais tenter de faire entrer quelques notions dans votre petite tête... (n"hésitez pas à manger du poisson ou du lait, ça devrait vous aider). La première question était "qu'est ce que l'être". La réponse était évidente !! L'être est un arbre à feuilles caduques, originaire d'Europe, de la famille des Fagacées qui comprend en outre le chêne et le châtaignier. Il fait partie des essences nobles sélectionnées par les forestiers. En association avec le chêne, il forme des futaies appelées « chênaie-hêtraie ». L'être a reçu, au cours des âges et selon les régions, de nombreuses dénominations dérivées de son nom latin fagus : faye, fau, faon, fayard, favinier, fouteau… On retrouve souvent ces noms dans celui des communes ou des lieux-dits, ainsi que dans les noms de famille. Le nom de hêtre vient du vieux germanique hester. Bon, la prochaine fois, l'explication de "Pourquoi y a-t-il de l'être plutôt que rien ?" »
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Aliénor
Admin
avatar

Messages : 1971
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: Les prêches de Joffrey111   Mar 29 Mar - 9:09

Lily a écrit:
III.
Retour des loups.

prêché à Argonne avant juillet 1455. Mai ou juin ?

Citation :
« Joffrey111 prêche "le bonheur est une forme de contemplation, que le sage doit s'efforcer d'atteindre."

Argonnautes, fêtons ensemble le retour de nos vaillants soldats, eux qui ont combattus les infâmes Bretons, eux qui ont décidé de donner leur solde au village pour le faire prospérer ! Louée soit leur générosité ! Ainsi s'acquiert le véritable bonheur. Eux ont bien compris que la richesse matérielle n'est que ruine de l'âme. Profitons ensemble de leur générosité, et rendons-nous joyeux au banquet qu'ils ont préparé sur la place du village. J'ajoute à leur vertu leur volonté de rester purs et chastes, et de se séparer de leur compagne pendant un mois, afin de se reposer et de réfléchir à leur but premier sur terre. Bonne journée, et qu'Aristote soit avec vous ! »

IV.
Le son de ma voix.

prêché à Argonne avant juillet 1455.

Citation :
« Joffrey111 prêche "la beauté résulte de certaines proportions et de certaines mesures et rythmes harmonieux"

Argonnautes,
le prêche d'hier vous a sans doute surpris par sa simplicité. Malgré tout, il m'a été utile : vous avez pu comme cela vous consacrer à l'étude de ma personne, ce qui vous a permis de constater qu'en effet, les proportions harmonieuses me confèrent une beauté sans précédent.

Aujourd'hui je vous rappelle le son de ma voix. Fermez les yeux et appréciez le rythme mélodieux de ma voix, la perfection à l'état pur, vous dis-je ! Je vous dispense par
contre de mesurer quoi que ce soit, de peur de faire des jaloux...

Enfin, je ne peux terminer sans avoir une pensée pour Lancelot22,
qui nous a quitté il y a peu.

Bonne journée. »
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Aliénor
Admin
avatar

Messages : 1971
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: Les prêches de Joffrey111   Mar 29 Mar - 9:10

Lily a écrit:
V.
Prêche sur Quasi.
Les causes premières : moteur de votre vie (1)

prêché à Argonne, le 9 juillet 1455.

Citation :
Argonnautes,

nous allons aujourd'hui parler des causes premières. Mais qu'est ce qu'une cause première ? c'est en quelque sorte le moteur de votre vie. Pour vous aider à comprendre, je vais prendre un exemple (oui madame, seulement un exemple...) concret : Quasi.

Observons un peu la cause première de Quasi : l'ambition. Quasi est arrivée à Argonne, et a immédiatement recherché la conquête du pouvoir. Elle s'est immédiatement associée à un tyran en puissance, Suliman, qui n'avait d'autres buts que de piller la mairie et de s'enfuir avec la caisse. Quasi s'allia sans hésitations à lui et proposa ses services pour laver le cerveau des nouveaux arrivants. Bien heureusement, le noyau dur d'Argonnautes fidèles à la démocratie et à la justice mit en déroute ce tyran de pacotille. La juste voie pour Quasi était alors de rester en opposition au système et de ne pas renier ses idées. Mais cela allait en totale contradiction avec sa nature : la recherche du pouvoir.

Elle rampa donc auprès du maire loyal et juste qui venait d'être élu, lui disant qu'elle avait fait une erreur et qu'elle voulait se racheter. Trop magnanime, le maire l'autorisa à rester dans la ville. L'accueil fut évidement froid. Néanmoins, à force de cajoleries, elle parvint à faire oublier aux anciens son passé plus qu'houleux, et obtient le poste tant convointé de Tribun du peuple. Je suis encore le seul détenteur de ce souvenir. Quasi le sait, et elle a sans doute essayer de me discréditer devant vous. Aujourd'hui, je tenais à vous révéler à tous la véritable nature de cette assoiffée de pouvoir et de reconnaissance.

N'hésitez pas dès maintenant à lui envoyer un courrier : "nous savons maintenant la vérité sur toi" afin qu'elle sache que la vérité ne peut être éternellement cachée. Ce geste est simple et ne prend que quelques secondes.

Avant donc d'accorder une confiance aveugle à une personne, étudiez son moteur, sa cause première. Vous en apprendrez énormément.

Passez une excellente journée

(le procès se trouve en annexe)

VI.
Prêche sur Godasse.

Les causes premières : moteur de votre vie (2)

prêché à Argonne en juillet 1455.

Citation :
La cause première est le moteur qui fait avancer chaque individu. Pour vous aider à mieux comprendre, je vais aujourd'hui vous raconter la vie de Godasse.

Le jeune Godasse arriva un jour à Argonne et manifesta tout de suite des dons pour siéger au conseil ducal, en organisant le concours du bouffon d'Argonne. Malgré la stupidité et le ridicule des candidats, aucun n'arriva à la cheville de Godasse.

Il exerça ses talents dans le village et rencontra un jour le grand amour, dame Carpe. Celle-ci ne tarda pas à s'enfuir en quittant la ville, n'y revenant que plusieurs semaines plus tard, tant le choc fut grand.

Godasse parvient ensuite à se faire détester de la moitié du village (l'autre moitié ignorait son existence) et déménagea en catastrophe dans la ville de Varennes, chassé de son village natal à coups de tomates trop mûres. Il tenta de faire oublier ses tendances bouffonnesques. Mais le naturel revint au galop.

Nous pouvons ainsi relever facilement ce qui a fait progresser Godasse dans la vie. Ceux qui ne l'ont pas trouvé trouvé peuvent demander à leur voisin !
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Aliénor
Admin
avatar

Messages : 1971
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: Les prêches de Joffrey111   Mar 29 Mar - 9:10

Lily a écrit:
VII.
Prêche en faveur de la liste CHER, sponsorisé par Ricoh d'Appérault.

Prêché à Argonne, en août 1455.

Citation :
Ce prêche est sponsorisé par Ricoh : "Pour les élections ducales, votez C.H.E.R.S. (Champagne en Harmonie Economie, Religieuse et Sociale) ; Ricoh, le duc qu'il nous faut ! "

Argonnautes,
profitez des bonheurs simples de la vie, seul ou en couple. Qu'y-a-t-il de plus agréable qu'une discussion étroite avec votre épouse, ou de profiter ensemble de la reconfortante chaleur d'une bonne pipe au coin du feu ? N'hésitez pas non plus à inviter des amis chez vous, mêlez-vous entre corps de métier, pour partager des expériences toutes plus intéressantes les unes que les autres. Car le bonheur est dans l'échange continuel, la découverte de nouvelles joies et de nouveaux plaisirs.

VIII.
La beauté de l'écu.

Prêché la première fois le 24 septembre 1455 à Argonne puis à Varennes.

Citation :
Mes amis,

après avoir détaillé les agréables proportions de ma personne, je vais tenter de vous offrir une autre conception de la beauté :
prennons un simple écu, tout ce qu'il y a de plus banal au monde. Admirez sa rondeur parfaite, agréable à l'oeil, son éclat étincellant. Qu'y-a-t-il plus agréable à l'oeil qu'un écu ? Moi, oui, je sais, mais à part moi ?
Prennons maintenant cet écu et déposons-le dans une bourse. Ecoutez ce magnifique tintement. L'oreille n'est-elle pas immédiatement charmée par ce bruit mélodieux ? Et je peux vous assurer que plus la bourse est remplie, plus le son est agréable (non madame, je parle d'écus moi...)

Argonnautes, je n'ai qu'une seul conseil à vous donner : pour comprendre la beauté du monde, amassez le plus d'écus possible ! Dans l'argent se trouve la plus belle preuve de beauté du monde que Dieu nous a donné.


IX.
La beauté de la bière.

Prêché pour la première fois à la fin du mois de septembre ou début octobre 1455 à Argonne puis à Varennes.

Citation :
Varennoises, Varennois !

après les écus, qu'y-a-t-il de plus beau qu'une bière ?

J'évoquerai d'abord la couleur, semblable à celle de l'or, surmonté d'une légère mousse, d'une blancheur immaculée. Quelques petites bulles parcourent courageusement le long du verre.
Puis-je passer sous silence la satisfaction du travailleur quand ce breuvage divin réhydrate les gorges désechées par une dure journée de labeur ?

Villageoises, villageois, aimez Aristote : courez dans les tavernes !
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Aliénor
Admin
avatar

Messages : 1971
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: Les prêches de Joffrey111   Mar 29 Mar - 9:10

Lily a écrit:
X.
Vous n'êtes jamais seul.

Prêché à Varennes, le 5 octobre 1455.

Citation :
Varennoises, Varennois,

Dieu est tout-puissant, Dieu peut tout voir. Vous n'êtes jamais seul chez vous, à l'abri des regards : vous mettez un doigt dans votre nez ? Dieu vous voit ! Vous volez une miche de pain à votre voisin ? Dieu vous voit et vous réserve tout de suite une place aux Enfers !

Ceci peut paraître contraignant à première vue, mais cela a aussi une utilité : si vous m'offrez un repas, Dieu vous voit également. Vous m'offrez une bourse pleine d'écus ? Dieu vous voit et pardonne tous vos pêchés.

Vous vous dites sans doute que vous n'avez rien fait de mal dans votre vie... mais pourquoi prendre des risques ? La générosité n'a jamais tué personne !

XI.
Le bonheur est dans le pré.

Prêché à Varennes, le 16 octobre 1455.

Citation :
Varennois, Varennoises,

le bonheur est dans les prés :
pas de chance, vous n'avez qu'un verger...
N'éprouvez point de courroux,
mais c'est raté pour vous !

Je rappelle que l'argent ne fait pas le bonheur :
cessez de passer votre vie à tenter de l'attraper,
laissez aux riches le porter dans leur coeur,
contentez-vous de chercher à manger !

Il suffit en effet d'une miche de pain,
pour être rassasié chaque matin.
Le bonheur est de plus une forme de contemplation,
et on contemple bien mieux au bord de l'inanition !

N'oubliez pas ce matin d'aller voter,
car vous tenez en main votre destinée,
et vous auriez bien tort de vous en priver :
participez au destin de votre cité !
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Aliénor
Admin
avatar

Messages : 1971
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: Les prêches de Joffrey111   Mar 29 Mar - 9:11

Lily a écrit:
XII.
Le concept du point virgule.

Prêché la première fois le 8 novembre 1455 à Argonne, puis à Varennes, puis à Compiègne lors de la campagne "Compiègne II", puis à Orléans lors de la prise "bretonne" de la capitale orléanaise.

Citation :
"les choses sont des copies des Idées."

Le concept du point virgule ;

Ce petit signe semble souvent bien insignifiant, voir même gênant dans un long texte. Pourtant il a bien plus d'importance qu'il n'y parait !

Le point stoppe brutalement une phrase, et même le texte quand il est final. Il est sans pitié, il s'impose par la force. Il représente ainsi l'énergie masculine de la lettre.

La virgule, quand à elle, est beaucoup plus douce. Elle ne fait que freiner votre phrase, avant de lui insuffler une énergie nouvelle. Elle peut se glisser sans se faire remarquer dans un texte, sans pour autant déstabiliser le sens de la phrase.

L'union de ces deux concepts représentent ainsi l'équilibre parfait, la création de la vie, l'union du masculin et du féminin. Un texte composé uniquement de point ou uniquement de virgule est instable, et dangereux ! Un texte composé uniquement de points-virgules est parfait et rassurant.

Compiégnois, ne négligez plus ce point-virgule, il peut sauver le monde !

XIII.
Les Artésiens à Compiègne.


Prêché à Compiègne le 12 mars 1456 lorsque les troupes alliées ont secouru la ville assiégée par l'armée des Bourrins de Cambrai.

Citation :
"l'Etre Divin est tout-puissant."

Compiégnois, Compiégnoises,

voilà maintenant plusieurs jours que la belle ville de Compiègne a repoussé l'assaut des Artésiens. Ces derniers en effet ont tenté de prendre sournoisement la ville, sous des prétextes si fallacieux que même un ottoman sourd et aveugle s'en gausse en effleurant le parchemin du bout du doigt.

Faisant les fiers à cinq contre un, ils n'ont pas hésité à filer avec ce qu'il leur restait de queue entre les jambes dès que les forces se sont équilibrés. Car si tout le monde sait que le ridicule ne tue pas, un Artésien s'obstine, lui, à en faire son art de vivre.

Terrorisé à la seule idée d'affronter seul un soldat du domaine royal, l'Artésien préfère se terrer dans son comté de pestiférés et de lâches, plutôt que d'assumer les raisons de sa venue.

Fidèle au dicton "on a les dirigeants qu'on mérite", l'Artésien, outre la bêtise profonde qui le caractérise, a la tête plus enflée qu'une outre de vin, la vivacité d'un mollusque abandonné depuis une semaine sur la plage, et la grâce d'un porc sortant de sa bauge.

Mes amis, prenons un instant en pitié ces pauvres créatures qui sont venus chez nous dans le but inavoué d'apercevoir, ne fut-ce qu'un instant, un aperçu de l'intelligence, de la prestance et du raffinement qu'ils ne possèderont jamais.
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Aliénor
Admin
avatar

Messages : 1971
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: Les prêches de Joffrey111   Mar 29 Mar - 9:11

Lily a écrit:
Annexe.

Procès : Quasi contre Joffrey111.


Accusé : Joffrey111
Plaignante : Quasi
Témoin : Manouella
Avocat de la plaignante : Lara

Procureur : Varden
Juge : Ichimaru


Varden a écrit:
Varden regarda le juge Ichimaru, puis l'assistance ...

Ouvrant un dossier énorme sur lequel était écrit à l'encre rouge JOFFREY111, le procureur se préparait à son acte d'accusation ...

L'homme accusé aujourd'hui était "spécial", compétent dans le travail mais tellement arrogant en dehors que Varden ne pouvait tolérer cela ... Ce prêche, intolérable acte de diffamation sur la personne de Quasi ne pouvait rester sans suite ...

Ainsi Varden allait montrer à l'ancien procureur quel sensation cela était d'être l'accusé et non plus l'accuseur ...

Opinant favorablement de la tête vers le Juge qui lui indiquait de parler, Varden prit la parole haut et fort pourque tous les présents entendent ...


Votre honneur,

Il est des procès qui marquent les esprits, qui restent gravés dans l'histoire, dans les mémoires et si notre accusé n'a pas su entrer dans la postérité par ses réquisitoires, je souhaite lui donner l'occasion de marquer les esprits le jour de sa condamnation !!! En effet je met aujourd'hui en accusation, Messire Joffrey111 pour trouble à l'ordre public et plus précisément pour diffamation sur la personne de Dame Quasi, modèle de vertu et d'honnêteté en Argonne, ce 9 juillet 1455. Il apparait évident que l'acte était prémédité, l'accusé ayant prévenu la veille qu'il préparait un prêche original. Je vous lis donc ici le prêche en question, totalement mensonger évidemment et mettant à mal la crédibilité de notre tribun !!!

Je cite ...

"Argonnautes,

nous allons aujourd'hui parler des causes premières. Mais qu'est ce qu'une cause première ? c'est en quelque sorte le moteur de votre vie. Pour vous aider à comprendre, je vais prendre un exemple (oui madame, seulement un exemple...) concret : Quasi.

Observons un peu la cause première de Quasi : l'ambition. Quasi est arrivée à Argonne, et a immédiatement recherché la conquête du pouvoir. Elle s'est immédiatement associée à un tyran en puissance, Suliman, qui n'avait d'autres buts que de piller la mairie et de s'enfuir avec la caisse. Quasi s'allia sans hésitations à lui et proposa ses services pour laver le cerveau des nouveaux arrivants. Bien heureusement, le noyau dur d'Argonnautes fidèles à la démocratie et à la justice mit en déroute ce tyran de pacotille. La juste voie pour Quasi était alors de rester en opposition au système et de ne pas renier ses idées. Mais cela allait en totale contradiction avec sa nature : la recherche du pouvoir.

Elle rampa donc auprès du maire loyal et juste qui venait d'être élu, lui disant qu'elle avait fait une erreur et qu'elle voulait se racheter. Trop magnanime, le maire l'autorisa à rester dans la ville. L'accueil fut évidement froid. Néanmoins, à force de cajoleries, elle parvint à faire oublier aux anciens son passé plus qu'houleux, et obtient le poste tant convointé de Tribun du peuple. Je suis encore le seul détenteur de ce souvenir. Quasi le sait, et elle a sans doute essayer de me discréditer devant vous. Aujourd'hui, je tenais à vous révéler à tous la véritable nature de cette assoiffée de pouvoir et de reconnaissance.

N'hésitez pas dès maintenant à lui envoyer un courrier : "nous savons maintenant la vérité sur toi" afin qu'elle sache que la vérité ne peut être éternellement cachée. Ce geste est simple et ne prend que quelques secondes.

Avant donc d'accorder une confiance aveugle à une personne, étudiez son moteur, sa cause première. Vous en apprendrez énormément.

Passez une excellente journée"

Si nombres d'anciens n'ont rien cru de ce mensonge plus gros que la chèvre de l'accusé, beaucoup de nouveaux ont pu être déstabilisés par ce qu'ils ont cru être un prêche religieux ... Coutumier dans l'utilisation de cet outil religieux pour faire des prêches civils, Joffrey111 avait obtenu grace aux yeux de l'ancien procureur qui n'était personne d'autre que lui même ... A l'époque déjà, il avait influencé les élections ducales faussant sans nul doute le résultat final en faveur de la liste favorisée par le prêche ...

Celui ci est celui de trop ... Le fait qu'un tribun du peuple soit ainsi insultée à tort ne peut être toléré par la Justice Champenoise et cet homme tend son bras vers la place de Jo oui lui qui sous son air faussement innoncent cache un manipulateur et menteur bien connu en Champagne, cet homme se doit de payer aujourd'hui devant cette cour de cet acte qui jamais ne lui sera pardonné !!!

Toute une ville a vu maintenant son vrai visage, il est temps que la Champagne à son tour sache comment se comporte son actuel chancelier, ancien procureur et ancien bailli !!!

Prévenons que selon le Codex, Livre 1, Op.4, Art.5, "Tout accusé est présumé coupable. Il doit apporter la preuve de son innocence."

Prévenons l'accusé que la non coopération avec la justice est condamnable.

Prévenons que tout témoignage donné sans être lié par un serment de vérité au préalable ne saurait être entendu.

Prévenons que l'accusé a droit à un avocat pour sa défense :
http://avocat.xooit.com/index.php
ou
http://barreaudechampagne.forumzen.com/

La parole est à la défense

Varden
Procureur de Champagne

Varden se rassit souria à Quasi un peu stressée tout en bas puis attendit que Jo prenne la parole impatient de voir par quel mensonge il oserait passer cette fois ci pour s'échapper ...
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Aliénor
Admin
avatar

Messages : 1971
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: Les prêches de Joffrey111   Mar 29 Mar - 9:11

Lily a écrit:
joffrey111 a écrit:
Le Chancelier se leva à l'invitation du Juge et commença sa défense :

Je jure de ne dire que la vérité pendant ce procès.

Votre Honneur,
avant de m'expliquer sur les termes de ce discours public, je tiens à répondre à quelques arguments du Procureur qui m'ont interpellé. On m'accuse, entre autres, d'avoir faussé les élections ducales. Cela me surprend énormément, quand on sait toute la propagande qui a été faite de la part de toutes les listes en présence. Influencer les électeurs, n'est-ce pas ce que cherche à faire toute personne s'engageant en politique ? Les courriers envoyés en masse à la population, les banderoles défilant dans tout le duché vantant les mérites de telle ou telle liste n'ont-elles pas également "faussé" les résultats de ces élections ? Pourquoi relever une seule de ces méthodes, alors que les autres se sont déroulées dans l'indifférence la plus générale, si ce n'est pour ternir mon image à l'approche du verdict ? Ce n'est de toute façon pas la question ici, et cet argument n'a rien à faire dans une affaire de diffamation. Si le Procureur le juge utile, qu'il ouvre donc un nouveau dossier à mon encontre pour fraude électorale.

Venons-en ensuite au côté soit disant religieux de mon prêche... Où voyez-vous la moindre allusion à Dieu, à ses prophètes, ou à la doctrine aristotélicienne ? Il n'y en a absolument aucune ! Cet argument, de nouveau, ne tient absolument pas la route. Ce prêche était un prêche laïc, sans référence à une quelconque doctrine, comme il en existe partout, dans notre duché et dans les duchés voisins. Je ne suis certainement pas le premier à prêcher sans parler de religion, et notre Recteur Don Salluste lui-même a fait quelques fois des prêches philosophiques. Je me contente de prêches plus "populaires", si vous me permettez l'expression. Evitons donc de mêler à cette affaire notre religion aristotélicienne, elle n'a eu aucune influence dans cette affaire.

Le Procureur, en citant mon prêche, affirme que tout n'est que mensonge. Je me demande tout d'abord comment il peut être aussi sûr de lui, puisqu'il est arrivé en Champagne presque un an après les faits. Je doute que le nom de Suliman ait dépassé les frontières d'Argonne, même si dans ses programmes, il se prennait pour le héros du peuple. Ce même peuple avait du mal à supporter ses gesticulations et ses jérémiades à répétition.
Si je peux concevoir qu'on émette des doutes sur mes conclusions personnelles, je ne supporte pas qu'on remette en cause les faits, qui sont rigoureusement exacts : Quasi, à peine arrivée à Argonne, a accepté de faire partie de l'équipe électorale de Suliman, et quelques jours après la défaite de ce dernier, a changé de camp pour se "rallier" à l'équipe du maire élu. N'est-ce pas là de l'ambition, changer d'équipe pour obtenir le poste souhaité ? Et d'ailleurs, en quoi le terme "ambition" est-il insultant ? La plupart d'entre nous ici ont obtenu des postes plus ou moins importants, que ce soit au conseil ducal ou municipal. Sans ambition, aucun d'entre nous ne serait sorti de ses petites affaires personnelles pour gérer une filière de production, une mairie, ou un duché. Si "ambition" et "pouvoir" sont des termes grossiers, nous sommes tous ici des injures vivantes.

En résumé, Votre Honneur, j'aimerais savoir quels sont les termes qu'on me reproche exactement. Les faits énoncés dans ce prêche sont exacts, et mon interprétation des faits, même si elle ne fait point l'unanimité, a au moins le mérite d'être cohérente et plausible. Que chacun se fasse son opinion personnelle. Quasi n'a certainement pas apprécié que je dévoile à tous des faits qu'elle pensait enterré depuis belle lurette, mais il n'y a aucune raison valable de m'inculper pour diffamation.

Merci de votre attention.



Le Chancelier regagna sa place et attendit la suite du procès


Lara62 a écrit:
Lara s'avança à la barre et commença son réquisitoire.

Votre Honneur, Je suis maître Lara des Avoks Haillons, je me présente aujourd’hui devant vous afin d’aider dame Quasi à rétablir la vérité sur cette affaire et à tout faire pour que ce genre d’infamie ne se reproduise plus. Messire Jeoffrey est accusé à ce jour de diffamation.

Livre 2, Op. 2 , Art. 4 :

Citation :
Constitue un acte de diffamation, tout propos public mettant faussement en cause l'honneur personnel ou professionnel d'un habitant du Duché.
L'acte de diffamation est un délit léger et est puni par l'obligation de se soumettre à l'excuse publique, par l'opprobre publique ou par l'amende d'un montant de 1 écu symbolique à 200 écus, suivant l'ampleur du préjudice moral et financier subi.
Dans le cas de diffamation d'un noble ou d'un officier civil ou militaire du Duché, l'amende est remplacée par la bastonnade et le délit devient sérieux. La récidive est considérée comme un délit sérieux et est punie de prison.

En effet, le 9 juillet, en allant sur la place du marché comme à son habitude afin de faire des courses, elle croisa messire Joffrey en train de prêcher.

Quelle ne fut pas sa surprise en entendant les paroles de cet homme ! Tout le long de son prêche il n’a cessé de dénigrer le travail de cette dame ! De l’accuser de s’allier avec des tyrans afin d’accéder au pouvoir ! Il essaye, à travers ces paroles plus qu’infâmes de discréditer ma cliente ! Qu’a-t-elle donc fait pour mériter pareilles injures ?

J’ai pu me rendre compte lorsque j’ai appris ce qu’il avait dit, des capacités de cet homme. Oui votre Honneur, il a de grandes capacités notamment pour interpréter des faits dont il ne sait rien et faire du mal aux autres! Voulez vous connaître la vérité sur ce sujet ?

Car ce qu’a dit messire Jeoffrey est totalement faux, la vérité se trouve à des lieues de ces dires ! Mais cela, je vais laisser le soin à dame Quasi de vous le narrer elle-même. Elle vous expliquera ce qui s’est réellement passé ainsi que la torture morale et physique qu’elle a subit de la part de cet homme depuis son arrivée à Argonne.

Voulez vous que je vous énumère tout ce que Dame Quasi a fait pour Argonne et ses habitants en tant que tribun du peuple ?
Ce qu’elle a fait également pour beaucoup de champenois et quelques étrangers en tant que bâtonnière ?
Elle s’occupe même de quelques animations sur la halle d’Argonne ! Non votre honneur, il est inacceptable que messire Jeoffrey discrédite ainsi ma cliente !
Qu’il en l’aime pas soit, mais en aucun cas qu’il l’insulte de pareille façon, d’autant plus en place publique ! Si elle avait vraiment voulu, comme il le prétend, accéder à tout prix au pouvoir, ne serait-ce pas déjà fait ?
Il lui reproche, dans ce prêche bien des choses, mais aujourd’hui, il doit répondre de ces actes devant cette Cour. Il est inacceptable que de tel propos puissent être ainsi tenus.

Comment peut on tomber aussi bas, après avoir insulté ma cliente à plusieurs reprises, l’avoir poussée à bout et obligée à quitter Argonne, voilà qu’il se met à l’insulter publiquement ?
Oui je dis bien insulter car il ose s’en prendre ainsi à Dame Quasi et dénigrer toutes ses actions. Qui est il pour juger ainsi quelqu’un ? Il l’accuse d’être à la recherche du pouvoir à tout prix mais lui a déjà été accusé par nombre de villageois de spéculation, malheureusement il n’a jamais été jugé pour cela.

Son statut de chancelier ne doit pas, une fois de plus, lui permettre de s’en sortir ! Je compte sur la clairvoyance de la Cour afin de punir cet homme comme il se doit !
Je demande donc comme peine pour cette infamie: des excuses publiques par prêche et sur la halle pour le préjudice moral apporté à ma cliente, mais aussi pour avoir salit de cette façon, sa réputation. Et une amende de 100 écus, qui, à la demande de ma cliente, seront intégralement reversés à l’Eglise qui a été insultée par les mensonges de cet homme !

Dame Princesseléa pourra témoigner si besoin ainsi que beaucoup d’autres villageois qui étaient présents lors de ce prêche. Il n’y a là que haine et mensonge.
S’en prendre de cette façon à une femme n’est pas digne d’un homme qui a été procureur puis chancelier, en réalité, ce n’est pas digne d’un homme quelques soient ses fonctions.
Mais je trouve qu’étant donné son statut, il devrait justement, faire d’autant plus attention à ce qu’il dit.



Elle retourna à sa place afin de laisser Quasi expliquer les problèmes qu'elle a avec cet homme depuis son arrivée à Argonne...
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Aliénor
Admin
avatar

Messages : 1971
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: Les prêches de Joffrey111   Mar 29 Mar - 9:14

Lily a écrit:
quasi a écrit:
Quasi n'en pouvait plus d'attendre. Elle voulait rétablir la vérité. Que Joffrey utilise le prêche pour faire valoir des
idées n'était pas un problème mais qu'il transforme une simple erreur de jugement en une volonté de prise de pouvoir était faux.


Quasi se leva devant la salle silencieuse et prit la parole.

Moi, Quasi, vivant à Argonne, jure de dire la vérité.

Je demande pardon à la cour mais je ne peux rester silencieuse alors que je suis la première concernée.

Peu de gens içi présent peuvent dire avoir vécu cette affaire dont parle Joffrey. Il l'a narré a sa façon, laissez moi rétablir la vérité.

Oui, j'ai bien connu Messire Sulliman a mon arrivée à Argonne. Toute jeune, j'étais un peu perdue. Deja concernée par les difficultés rencontrées par les vagabonds, je m'attelai a les aider en taverne et par missive.

Un jour Messire Sulliman, candidat à la mairie, face à Dame Andreia, vint me voir. Il me félicita pour mon investissement auprès de la nouvelle
population et me proposa un poste qui me permettrait de m'occuper officiellement et donc avec plus de moyens, des vagabonds arrivants au
village. J'acceptais immediatement, voulant travailler pour mon village.

Dès le lendemain, me promenant sur la grand place, j'entrendis les gens parler de Sulliman. Je me rendais immediatement compte l'enorme erreur
que j'avais commise. je pris donc ma plume et j'envoyais un courrier à Dame Andreia. Celle ci me dit avoir compris les raisons de ma méprise.
Je reniais donc mon engagement auprès de Sulliman pour rejoindre Andreia qui me proposa, elle aussi, le même poste. Poste que j'occupe
depuis, sous le terme de tribun.

Jusque là, Joffrey ne vous a dit que la vérité.

Là où les points divergent, c'est dans quel esprit j'ai accepté cette offre, que ce soit de sulliman ou de Dame Andreia. Contrairement a ce
que dit Joffrey, je n'ai jamais cherché le pouvoir. J'ai même agit depuis longtemps pour m'en eloigner. Joffrey veut me voir comme lui,
une personne avide de dominer. Ce n'est pas moi, les argonnautes, enfin certains, pourraient en témoigner.

Qu'il prêche une vérité, quelle qu'elle soit, oui. Mais son avis personnel, sans preuve, qu'il le garde pour les longues soirées d'hiver au coin du feu, sans moi. Que Joffrey apporte la preuve de mon avidité a monter a l'echelle des gouvernants, et je lui ferai mes excuses. mais tel n'est pas le cas.

Mon seul but a toujours été d'aider les autres,comme le poste que j'ai choisi d'assumer me le demande, pas autre chose.

Quasi, essouflée, reprit sa place, regardant le juge. Elle s'était libérée d'un poids en avouant la vérité sur elle et Sulliman, ainsi plus
personne ne se poserait de question.


Manouella a écrit:
Manouella se lève tranquillement puis se dirige vers la barre pour commencer son témoignage en passant, elle ne peut s’empêcher de regarder Jo et de lui faire un petit sourire lui demandant pardon de témoigner contre lui.

Puis elle regarde Ichi.


Votre honneur,

Tout d’abord, je désire prêter serment devant vous lors de mon témoignage en disant toute la vérité

Je me souviens de l’arrivée de Quasi, de son désir de vouloir s’investir dans notre village dés son arrivée.
Là elle a rencontrer Suliman et il a profité de son innocence pour la faire travailler pour lui. Mais très vite Quasi, a pu voir qu’il ne
travailler pas pour Argonne mais juste pour ses intérêts et là, Quasi a décidé d’arrêter de travailler pour lui et de l’aider.
Qui a-t-il de mal de faire confiance en une personne et lors qu’on s’aperçoit que cette personne n’est pas digne de confiance de changer d’avis et d’arrêter de travailler pour lui ?

Quasi a su très rapidement trouver le bon chemin et surtout elle a continué a s’investir pour son village. Elle a été nommé conseiller du peuple (tribun), puis a fait tellement de poste comme Douanier et autres … Elle a aussi toujours eut un besoin d’aider les nouveaux arrivants, de pouvoir les conseillers et leur permettre.

Depuis toujours, Quasi travaille dans l’ombre sans vouloir la reconnaissance de son travail. Très souvent, je lui ai proposer d’être maire ou de venir travailler au conseil ducal. Mais à chaque fois, elle m’a dit non. Pas parce qu’elle ne peut pas le faire bien au contraire, elle en a toute les qualités mais juste que sa place auprès des nouveaux lui suffit. Alors dire d’elle que c’est une femme qui ne voit que pouvoir. Cela est faux et surtout incompatible avec Quasi.

Voilà votre honneur, Je connais Quasi depuis ses débuts ainsi que Jo. Ils ont toujours échanger mots et coups l’un et l’autre.
Je me suis arrêté de compter le nombre de carafes qu’a pu casser Jo sur la tête de Quasi, ni le fait qu’ils ne peuvent se trouver dans la même pièce sans ce disputer.
Mais malgré tout les sentiments que je peux avoir pour Jo, je ne peux toléré ses dires en se servant des ses prêches contre Quasi et cela n’est que diffamation et les anciens le savent mais se qui m’ennuit le plus c’est que les nouveaux ont eut un portrait totalement faux d’elle.

Manouella retourne a sa place en regardant Quasi et Jo et sans dire mots elle s’assoit pour suivre la suite du procès.
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Aliénor
Admin
avatar

Messages : 1971
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: Les prêches de Joffrey111   Mar 29 Mar - 9:18

Lily a écrit:
quasi a écrit:
Quasi se dirigeait vers la sortie. Elle s'arrêta au son de la voix du procureur quand elle vit Léa la dépasser et sortir dans un fracas qui devait surprendre tout le tribunal. Elle savait combien son amie était sensible à ce que les choses soient justes et comprenait son agacement.

Quasi revint sur ses pas, à la demande de Messire Varden.


Voyant le procureur et le juge en pleine discussion, elle se doutait bien qu'il y avait opposition sur sa présence en ces lieux.

Le juge ne lui ordonnant pas de sortir à nouveau, elle en déduit qu'il avait donné son accord , si besoin était, à Varden.

Se plaçant de nouveau devant les membres de la Cour, et sachant que quoi qu'en dise le Juge, elle avait été entendu, elle se contenta donc de résumer les faits à nouveau.




Messire de la Cour, je vous remercie de me laisser m'exprimer, cette fois ci en tenant compte de mes propos.

Je ne vais pas vous assener une fois de plus le récit détaillé de ma rencontre avec Messire Sulliman. Joffrey l'a fait et Dame Manouela l'a confirmé.

Dans les faits, et uniquement dans les faits, Joffrey n'a point menti. Seule son interprétation de mes motivations est mensongère. Il ne les énonce pas telles des suppositions ou des questions mais telles des vérités. Hors, qui peut à par moi, savoir dans quel état d'esprit j'ai accompli cela? Personne, Messires, absolument personne.

Ma vie en Argonne, et le témoignage de son maire, corroborent sans difficulté mes dires. Je n'ai jamais exploité qui et quoi que ce soit afin de parvenir à détenir un pouvoir quel qu'il soit.

La situation dans laquelle je me suis trouvée m'a causé plus d'embarras que d'avantages. Depuis ce jour là, j'ai su choisir mes priorités dans le village.

Joffrey, dont les amours avec un mammifère ruminant domestique, à cornes creuses, persistantes et arquées en arrière, au menton garni d'une barbe, que nous nommons communément, Biquette, ont dérangé l'esprit, voit le mal partout.
Pourvu d'un ego démesuré aussi voyant que ses chausses vertes, Joffrey veut imaginer que tous n'aspirent qu'au pouvoir et aux titres. Il se trompe, enfin..pas dans tous les cas, mais dans le mien, oui.

Quasi regarde le Procureur, puis le Juge

Messire, il n'est rien d'autre que diffamation dans les propos de Joffrey. Je ne suis pas celle décrite et ne le serait jamais. Pour preuve encore, si cela s'avérait nécessaire de nouveau , mes refus bimestriels aux propositions alléchantes de ralliement à des listes ducales pour certaines des plus valorisantes.

Voila Messires, je vous ai tout dit. Je reste à votre disposition, Messire Varden, si questions vous avez.

Quasi resta debout, attentive au procureur.

Varden a écrit:
Varden se releva regarda le juge et déclara

Monsieur le Juge je vous remercie de m'accorder une nouvelle fois la parole pour faire mon réquistoire ...

Se tourne vivement vers Joffrey ...

Ainsi vous niez ? Vous osez prétendre que Quasi ment toujours qu'elle rêvait ambitieusement de pouvoir ? Je vous sais intelligent messire l'ex-procureur, je n'irais donc pas par 4 chemins : avouez et vous obtiendrez la clémence de notre Juge ... Dame Manouella ex maire d'Argonne, je salue d'ailleurs son travail depuis tant de mois voire d'années, a corroboré mes dires puis ceux de Quasi ont fini de vous décridibiliser aux yeux de l'assemblée ici présente et de tous les Champenois dès demain ...

Vous êtes chancelier de champagne, ancien bailli et procureur de champagne et vous osez aller contre la loi ?

Acculé, seul contre tous, en flagrant état de culpabilité, vous vous réfugiez derrière un nouveau mensonge ... Peu m'importe la manière dont vous avez diffamé, nous ne vous jugeons pas pour ça ... Peu m'importe que vous ayez fait de votre liste ducale votre "voie vers Aristote" nous ne sommes pas non plus là pour ça mais vos propos ... me révoltent ... L'intégrité de notre tribun est aujourd'hui rétablie à la vue de tous,
celle du chancelier de Champagne vient de s'évanouir s'il en restait un tant soit peu ...

Je n'aurais plus qu'un mot pour vous Joffrey111, attendez vous à recevoir des lettres contenant : "je sais toute la vérité maintenant" de nombreux champenois car je vais faire la lumière sur votre personnalité icelieu et en cet instant !

Se détourne de Joffrey se remettant face à l'assemblée présente en ce tribunal

Avez vous tous entendu les différents témoignages ? Quelqu'un ment dans cette salle, quelqu'un diffame ... Et cette personne n'est autre que l'accusé convié à la fête par mes soins ! Qui oserait croire à son innocence sans être aujourd'hui dit de parti pris ? Toute ame objective peut voir entre les mailles du filet percé de la défense de l'accusé que son raisonnement ne tient pas debout ... Comment Quasi, travaillant dans l'ombre sans aucune reconnaissance pourrait être targuée d'ambition ? Pure ignominie que de dire cela ...

Ainsi et pour l'ensemble du prêche mis en cause et en vertu du Codex en son Livre 2 Op.2 Art.4 qui stipule : "Constitue un acte de diffamation, tout propos public mettant faussement en cause l'honneur personnel ou professionnel d'un habitant du Duché.

L'acte de diffamation est un délit léger et est puni par l'obligation de se soumettre à l'excuse publique, par l'opprobre publique ou par l'amende d'un montant de 1 écu symbolique à 200 écus, suivant l'ampleur du préjudice moral et financier subi. Dans le cas de diffamation d'un noble ou d'un officier civil ou militaire du Duché, l'amende est remplacée par la bastonnade et le délit devient sérieux. La récidive est considérée comme un délit sérieux et est punie de prison." et parce que Dame Quasi a la fonction de tribun et de courrier en la ville d'argonne et est donc officier civil la diffamation tant personnelle que professionnelle est évidente et c'est un délit sérieux !

Attendu que l'accusé occupe le poste de Chancelier de Champagne et fut Procureur par le passé, il se devait d'adopter un comportement irréprochable !

Ainsi en conséquence de, je demande que l'accusé soit reconnu coupable de diffamation à l'encontre de Dame Quasi et qu'il soit condamné à prononcer en cette place publique des excuses envers Dame Quasi sous les termes : Je prie Dame Quasi de m'excuser de mes propos atteignant son honneur et sa réputation lors de mon prêche en Argonne le 9 juillet 1455 dont les propos n'étaient que pur mensonge et destinés à salir l'honneur de Dame Quasi." Je demande également qu'il soit condamné à travailler gratuitement pendant 7 jours dans le champ de sa victime afin qu'il voit où la pseudo ambition de Dame Quasi dont il parlait dans ses propos diffamatoires la fait travailler chaque semaine !!!

Merci de votre écoute

Varden
Procureur de Champagne

Varden se rassit et regarda Jo attendant son ultime défense et regardant les différentes réactions dans la foule ...
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Aliénor
Admin
avatar

Messages : 1971
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: Les prêches de Joffrey111   Mar 29 Mar - 9:20

Lily a écrit:
joffrey111 a écrit:
Le Chancelier écouta attentivement les dernières interventions, dont le réquisitoire. Avec l'approbation du Juge, il se leva pour prendre une dernière fois la parole

Votre Honneur,

Les divers témoignages n'apportent absolument rien à l'affaire. Ils peuvent se résumer facilement en une phrase "j'aime bien Quasi donc elle ne
peut pas être méchante et on ne peut pas dire du mal d'elle". Pas une seule fois, on a contredit les termes que j'ai employé, ni les faits que j'ai énoncé. On ne contente d'un " c'est pas bien d'avoir dit ça".

J'ai demandé lors de ma première intervention quels termes dérangeaient exactement, question qui fut soigneusement évitée par l'accusation, qui ne cesse de hurler au scandale, sans appuyer une seule fois ses dires.
Je vais encore reprendre une fois les mots qui pourraient choquer, pour bien prouver que tout est exact :

Je parle d'abord de son ambition. Comme je l'ai dit déjà, ce n'est nullement là un terme insultant. Ca serait même une qualité dans certains cas. La recherche du pouvoir : Quasi s'allie dès la première semaine à un candidat à la mairie, il perd, s'allie à l'opposant pour occuper le poste convoité.
De plus, comme l'a affirmé Manou...ella, Quasi cumule les postes : tribun, douanier, courrier de Champagne, avocate,... elle a également
été ambassadrice en Savoie et a fait partie d'au moins une liste ducale, malgré ce qu'elle a dit lors de ce procès : elle était sur la
même liste, donc je m'en souviens... Tout cela mis ensemble prouve bien qu'elle cherche à occuper les postes clés du village et du duché, aucun doute n'est permis. Ce qui justifie de plus la soif de reconnaissance mentionnée dans le discours à l'origine de procès. Je vais m'arrêter ici, de peur de répéter inutilement ma première intervention.

Si je reprend l'acte d'accusation, force est de constater que tout ce dont on m'accusait est réduit maintenant à néant. On me reproche mon
discours : l'accusation avoue maintenant que les faits sont exacts, et refuse de débattre sur les points que j'ai soulevé et sur mes explications quant aux mots choisis pour rester dans un flou qui n'a rien d'artistique. On m'a reproché d'avoir utilisé un, je cite, "outil religieux", Le Procureur reconnait dans son réquisitoire final que "la manière importe peu". On me reprochait ensuite la même chose pour les élections ducales, Le Procureur dit maintenant que "nous ne sommes pas non plus là pour ça".

J'en viens d'ailleurs à me demander pourquoi je suis venu témoigner, le Procureur, dans son réquisitoire, contredit tout seul tout ce qu'il m'a reproché dans l'acte d'accusation...

En conséquence, je demande donc logiquement la relaxe.


Le Chancelier regagna sa place pour attendre le verdict
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les prêches de Joffrey111   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les prêches de Joffrey111
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tâches brunes
» Pâtes fraîches maison (laminoir)
» Anacamptis laxiflora ( Orchis à fleurs lâches )
» Besoin de Bâches pour chantier
» tâches marrons sur sol.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RP d'ici et d'ailleurs :: Divers-
Sauter vers: