AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bureau du cadastre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aliénor
Admin
avatar

Messages : 1983
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Bureau du cadastre   Mar 22 Mar - 13:51

Alienor_vastel a écrit:
C’était la première chose qu’elle avait faite après avoir franchi les remparts de Compiègne. Demander aux passants le chemin qui la mènerait à une certaine adresse.

Cette adresse, elle l’avait trouvée dans les papiers de sa défunte mère, ceux qui relataient sa vie à Compiègne. Et elle l’avait martelée dans son esprit durant toutes les journées de voyage qui l’avaient enfin menée ici.

Ici, devant cette chaumière inhabitée, où Aliénor avait passé les premières années de sa vie en compagnie de ses parents. Peu de souvenirs, elle n’était encore qu’une petite enfant, mais les écrits de sa mère, qu’elle avait lus et relus jusqu’à les connaître par cœur. Comment cette dernière avait posé son baluchon à Compiègne, la cour effrénée que celui qui allait devenir son époux, le père d’Aliénor, lui avait faite, leur mariage que cette maisonnette avait abrité. Puis l’installation sur les terres du suzerain, mais la chaumière de Compiègne était toujours restée un refuge, un havre de paix. Malgré Compiègne II, malgré le feu qui l’avait détruite, elle avait été reconstruite, et se dressait toujours là, devant les prunelles pervenche de la blonde jeune fille.

Nul ne s’y était installé depuis la mort de ses parents, au grand soulagement d’Aliénor. Il fallait dire qu’elle ne payait pas de mine, il y aurait du travail pour la rendre à nouveau habitable, mais la jeune fille était courageuse et ne rechignait pas à la besogne.

Elle s’approcha de la bâtisse et, se penchant légèrement, posa une main sur la pierre, dans un geste qui indiquait la possession. Un murmure…
Je suis de retour !

Elle se redressa alors en souriant, et se dirigea vers le bureau du cadastre de Compiègne. Un léger coup frappé à la porte, la tête qui passe par l’entrebâillement, suivi de tout le corps, et un sourire charmeur pour faire sa requête.

Ahem… Toussote un peu pour attirer l’attention. Le bonjour, maître… regard vers le nom affiché, puis retour des prunelles bleues vers le responsable du cadastre maître Diodoris. Je souhaiterai faire valoir mon droit à propriété au numéro 6 de l’allée St Georges. La chaumière qui s’y trouve sera bien entretenue, je vous le promets !

Le sourire ne s’éteint pas, les yeux ne se détournent pas, elle attend maintenant validation de sa demande…

Sunja a écrit:
Sun revint sur ses pas, ayant oublié de mentionner l'adresse de sa boucherie.. En fait pour le moment elle n'avait pas d'adresse.
Elle retourna donc au bureau du cadastre où une jeune fille blonde attendait.


Bonjour demoiselle, je suis Sunja, comment allez-vous ?

Alienor_vastel a écrit:
La réponse à sa demande n'était pas encore venue, sans doute des vérifications à faire, lorsqu'une jeune femme la rejoignit au bureau du cadastre.

Bonjour demoiselle, je suis Sunja, comment allez-vous ?

Un imperceptible instant d'hésitation devant la spontanéité de Sunja, avant de la saluer d'un hochement de la tête.

Enchantée, je suis Aliénor Vastel. Et je vais bien, je vous remercie ! Un geste vers le plan de la ville qui trône sur le bureau, qu'accompagne un sourire. Je viens faire enregistrer ma propriété, comme vous, je suppose ?

Diodoris a écrit:
Désolé, Mademoiselle Aliénor Vastel, mais la deuxième règle de notre cadastre dit « les niveaux 0 en bons vagabonds qu'ils sont devront dormir à la belle étoile ».
Étant donné votre statut, votre cas est sujet à plusieurs interprétations. J’en appelle à madame la Maire ou à tout autre édile pour statuer sur ce sujet. Mais force est de constater que les vagabonds possèdent une propriété. Peut-être devriez-vous saisir le tribunal, parvis Mashadar ?

Alienor_vastel a écrit:
Le sang d’Aliénor ne fit qu’un tour, jamais au cours de sa vie -courte certes, mais déjà bien remplie- elle n’avait été insultée de la sorte !
Le regard se plissa en direction de l’impertinent, et la voix se fit glaciale


Non, maître Diodoris, je n’irai pas au tribunal pour régler un problème qui n’a pas lieu d’être. Je ne sais d’ailleurs sur quels critères vous m’appelez « vagabonde », sinon sur des critères Hors Res Parendo qui sont ici hors de propos !
Soit, je n’ai pas de champs, mais j’ai acquis durement le droit de résider à Compiègne et d’y posséder une propriété. Dois-je vous rappeler les conditions qui régissent l’évolution sociale dans le Royaume ? Je ne les ai pas inventées, ce ne sont ni plus ni moins que des règles royales, lévanesques, qui font donc autorité sous peine de lèse-majesté !


Se demande si elle doit expliquer aussi ce qu’est la lèse-majesté… Et puis finalement non…
Une courte pause, fouille dans son esprit pour trouver les termes exacts, heureusement qu’elle a une bonne mémoire !


Bien, puisqu’il faut détailler les points suivants, allons-y.
Un vagabond est effectivement un « va-nu-pieds qui ne possède rien d'autre que la force de ses bras ».
Désigne ses chausses Ai-je l’air d’être un va-nu-pieds ???

Continuons maintenant : « Pour évoluer, le vagabond doit économiser 90 écus. Une fois cet objectif atteint, il peut aller voir le Conseiller du Duc, au château, pour obtenir son autorisation de résidence et acheter sa première exploitation. Il n’est alors plus un va-nu-pieds, mais a brillamment obtenu une autorisation de résidence et possède une petite propriété pourvue d'une exploitation à aménager. Il dispose aussi de nouveaux droits (il peut voter et se présenter aux élections).»


Petite pause à nouveau, le temps de reprendre son souffle, avant d’enchaîner. J’ai économisé les 90 écus, je suis allée voir le conseiller du Duc et j’ai bien reçu mon autorisation de résidence. Alors oui, j’ai fait le choix de ne pas prendre en charge d’exploitation agricole pour le moment, pour avoir davantage de latitude à voyager, mais cela doit-il me pénaliser ? Surtout au vu des lois que je viens de vous rappeler. J’ai autorisation de résidence, je demande à la faire valoir afin de m’installer dans la chaumière où avaient résidé mes parents avant moi.
Me refuser cet accès à la propriété, c’est nier purement et simplement le fait que le conseiller du Duc lui même m’ait permis de m’installer ici, c’est nier purement et simplement les règles édictées au plus haut niveau du Royaume !


Dernière pause, se souvient qu’on lui a parlé du tribunal. Après tout, pourquoi pas, ça peut coûter combien, la lèse-majesté ? Bannissement, voire la peine de mort, non ? Par décapitation pour les nobles et par pendaison pour les gueux, voila qui ferait de l’animation dans la ville.
Rajoute quand même.


Et vraiment si vous avez un doute, adressez-vous plutôt à ceux qui étaient là bien avant vous et qui ont défini les règles du cadastre, nul doute qu’ils me donneront raison !
Martèle une nouvelle fois Ne pas avoir d’exploitation ne signifie nullement ne pas avoir autorisation de résidence, et je ne pense pas avoir été la première dans ce cas !

Diodoris a écrit:
Mon intention n’est pas de vous offenser Dame Aliénor Vastel. Mais, étant que tenancier novice du cadastre, je m'efforce d’appliquer les règles fixées et de ne point commettre d’impairs pouvant mettre la Mairie dans l’embarras.

Votre cas soulève une imprécision de la deuxième règle de notre cadastre. Vôtre statut pose problème. Dans ce cas, la 2ème règle est sujette à plusieurs interprétations.

Doit-on comprendre que tous les vagabonds doivent dormir à la belle étoile ? Comme vous le dîtes, les vagabons ont une autorisation de résidence, délivrée par le Conseiller du Duc, possèdent une propriété et peuvent acheter des champs sur le marché foncier. De plus, lors de leur voyage, ils dorment à l'hôtel et payent 1 écu par nuitée ! (Ils pourraient revenir paysans en achetant un champ via leur page propriété.)

Ou, devons-nous interpréter que les "va-nu-pieds" doivent dormir à la belle étoile ? Dans ce cas, je propose que la règle soit reformulée de la manière suivante : "Les "va-nu-pieds" devront dormir à la belle étoile".
Je consulte nos anciens et nos édiles pour qu'ils se prononcent sur ce sujet, afin d’aplanir cette question.

Alienor_vastel a écrit:
Ne pas s’énerver, ne pas s’énerver…

Maître Diodoris, je ne comprends absolument rien à votre discours. Vous affirmez que je suis vagabonde, je vous affirme quant à moi que je ne le suis pas !!! Ni vagabonde, ni va-nu-pieds, j’ai payé le droit à m’installer ici, avec les fruits de mon labeur, et j’entends bien le faire respecter !

Vous dites que les va-nu-pieds doivent dormir à la belle étoile, je ne discute pas de cela, mais du fait que je ne suis pas une va-nu-pieds, et je ne vous permets pas en outre de me traiter de vagabonde sous prétexte que je n’ai pas encore de quoi me payer un champ !!!
Ce que je vois en revanche, c’est que vous me refusez l’accession à la propriété que m’a pourtant octroyé le conseiller du Duc lui-même !! Et sous quel prétexte ? Que je serais une vagabonde, alors que rien ne vous permet une telle allégation !!!...


Arf… ma fille, tu t’énerves, tu t’énerves… Souffle un bon coup avant de reprendre.
Bref… référez-en au conseil municipal si vous le souhaitez, je vous certifie quant à moi que la règle a été initiée dans le sens « les va-nu-pieds doivent dormir à la belle étoile dans la mesure où ils n’ont pas reçu autorisation à propriété de la part du conseiller du Duc ». Hausse les épaules. Je ne sais même pas pourquoi j’essaie de vous en convaincre, puisque vous êtes dans le tort le plus total.

S’assied, bras croisés, tête droite, visage fermé.

Bien, j’attends réponse quand vous l’aurez, n’espérez pas que je ne bouge avant d’avoir eu satisfaction !

Kevin60330 a écrit:
Le prévôt d'Airain nommé récemment de nouveau maire adjoint de Compiègne était de retour dans sa ville.

Bonjour, j'aimerais avoir ma maison au 1 rue de Champagne si possible.

Alienor_vastel a écrit:
Ainsi donc, voila ce qu’était devenue Compiègne…

Aliénor ne reconnaissait en rien ce qu’elle avait pu imaginer à partir des écrits de sa mère : la joie, l’hospitalité, le partage. Au lieu de ça, elle ne croisait que des personnes renfermées sur leur propre importance. Pas, ou peu de mots de bienvenue pour celle qui avait fait cette longue route afin de retrouver ses racines et de se mettre au service de la ville, comme l’avaient fait ses parents avant elle, avant d’être appelés à de plus hautes fonctions… Aucun geste d’accueil, puisqu’on lui refusait même à pouvoir s’installer dans la chaumière de ses parents.

Elle hésitait entre la désillusion et la colère, lorsque l’entrée d’un homme la conforta dans sa déception. Une phrase, une seule, et succincte en formules de politesse, pour demander l’enregistrement de sa demeure sur le cadastre, aucun regard vers la blondinette assise. Les compiégnois avaient dorénavant des œillères qui leur empêchaient la plus élémentaire politesse !

Un toussotement alors que Diodoris notait la requête de l’homme sur le registre du cadastre.


Ahem… bien le bonjour, maître, je vois que votre demande est au moins prise en compte ! Je me nomme Aliénor Vastel, revenue depuis peu dans ma ville natale, enchantée de vous rencontrer.

Espérait-elle une réponse ?... Quoi qu’il en soit, elle ne donna pas à l’homme l’occasion de lui en apporter une, elle se retourna vers Diodoris.

Maître Diodoris, avez-vous résolu ma petite affaire ? J’ai bien entendu votre question, à savoir la façon de reformuler la règle qui vous gêne.
Vous proposez : "Les va-nu-pieds devront dormir à la belle étoile" ou "Les gueux devront dormir à la belle étoile".

Dans la mesure où vous semblez me demander mon avis, je tiens à vous préciser que les gueux ne sont autres que les personnes ne revendiquant pas de titre de noblesse, autant dire vous et moi ! Dire que les gueux doivent dormir à la belle étoile équivaut à refuser à la grande majorité des compiégnois le droit à propriété. Personnellement cela ne me dérange pas, je me sentirai moins seule de la sorte !

Que diriez-vous plutôt de : « les va-nu-pieds doivent dormir à la belle étoile dans la mesure où ils n’ont pas reçu autorisation à propriété de la part du conseiller du Duc »
Tiens, elle n’avait pas déjà proposé ça quelques instants auparavant ? Le sens de l’écoute semblait aussi manquer à cette nouvelle génération de compiégnois. Bref…
Quoi qu’il en soit, comme il semble que vous n’ayez reçu aucun avis des anciens comme du conseil municipal, on peut envisager que ces derniers s’en fichent comme d’une gigne. Ou qu’ils vous font confiance et vous laissent toute latitude.
Prenez donc une décision au lieu d’attendre qu’on la prenne pour vous, par la malepeste !


Allons bon, voilà qu’elle s’emportait une nouvelle fois, du haut de ses quinze printemps, houspillant cet homme plus âgé qu’elle pour le faire penser par lui-même !

Sunja a écrit:
Sun écoutait depuis un bon moment l'altercation verbale sans oser bouger.

Elle comprenait la position de chacun. Elle intervint alors, pour apaiser un peu les deux protagonistes.


Alienor ? excusez-moi de m'immiscer ainsi dans votre conversation ... je pense que vous avez tous les deux raisons. Le soucis est qu'il y a des "lois", souvent mal faites je vous l'accorde bien volontiers, et qu'une personne qui ne prend pas champ ou élevage quand il est en mesure de le faire ne peut obtenir de logement.

Je sais bien que cela ne va pas vous calmer...
Sun posa une main sur le bras de la jeune fille

Si vous le désirez, et le temps que l'on trouve une solution, je peux vous abriter dans ma modeste demeure. Qu'en pensez-vous ?
Et puis vous êtes jeune, il serait peut-être mieux que vous n'habitiez point seul.


Sunja attendit la réplique d'Alienor.

Alienor_vastel a écrit:
Une main amicale sur son bras, voilà longtemps que cela n'avait été. Aliénor prit une grande inspiration, son discours se devait d'être plus pondéré, au moins par respect envers celle qui tentait de l'apaiser.
Elle se retourna vers Sunja avec un léger sourire.


J'entends bien, qu'il y ait des lois, et je n'ai rien contre cela, au contraire. Ce que je déplore en revanche, c'est une interprétation erronée de cette loi. Sous prétexte que j'aurai décidé de ne pas m’embarrasser d'un champ hors la ville, on me refuse le droit de m'installer dans les murs. Or cette loi ne stipule en rien ce fait. Juste que les va-nu-pieds n'ont pas droit à résidence à Compiègne.

Petite pause, de façon à mettre ses idées en ordre. Si l'on s'accorde sur le fait de refuser une propriété dans la ville de va-nu-pieds, ce que maître Diodoris était en train de proposer, alors cela ne me concerne en rien.

En effet, un va-nu-pieds ne s'est pas encore rendu auprès du conseiller du Duc pour obtenir droit de résidence, moi je l'ai fait. Un va-nu-pieds ne peut voter aux élections municipales ou ducales, moi je le peux. Un va-nu-pieds ne peut même se présenter aux élections, moi je le peux. Un va-nu-pieds ne peut s'engager dans la milice ou la maréchaussée pour défendre sa ville, moi je le peux. Et il y a nombre d'exemples de la sorte...

Alors quoi ? Oui, lorsque je me suis présentée devant le conseiller du Duc, je n'ai pas souhaité de champ, juste un toit. Cela ne présumait donc en rien que je doive dormir à la belle étoile.
Et puis, je ne demande pas grand chose... Simplement que soit officialisé le fait que je reprends possession de la chaumière où j'ai grandi ! Chaumière dont j'ai la clé, soit dit en passant, héritage de mes parents...
La voix se voile à cette évocation, et la main se porte à l’aumônière qui pend à la ceinture de la blondinette. Petit inventaire rapide, quelques écus, et quelques objets hérités de sa mère à la mort de celle-ci, un médaillon orné d'une rose et d'un chardon entrelacés, et la fameuse clé. D'ailleurs cette clé ouvrirait-elle encore la serrure, après tant d'années ?

Nouvelle inspiration.


Quoi qu'il en soit, j'attends de connaître la décision de maître Diodoris.
Se retournant vers Diodoris
A moins que vous ne désiriez que je ne porte moi-même la question auprès de ceux qui, en leur temps, ont édicté ces règles. En même temps, en restait-il ? Tant de nom inconnus depuis son retour, et si peu de ceux qu'elle avait connus enfant...
J'ai du mal à imaginer qu'ils aient souhaité une telle ségrégation. Donnez-moi leurs noms, je leur enverrai missive par moi-même si vous ne le faîtes, ainsi nous serons fixés !

Puis se rappelle de la proposition de Sunja.

Je vous remercie, Sunja, de vouloir vous encombrer de moi, mais... Une hésitation à nouveau, difficile d'exprimer certains sentiments. Rouvrir les portes, les fenêtres de cette chaumière, je le dois à mes parents défunts, et je ne m'imagine pas loger ailleurs, même provisoirement. Et puis Avec un nouveau regard vers Diodoris je pense que cette affaire sera réglée promptement, n'est-ce-pas ?

Wilus a écrit:
Il avait presque terminé la construction de sa grande maison où il avait construit son cabinet de médicastre juste à côtés de celle-ci qu'il décida de se rendre au bureau du cadastre pour déclarer qu'il était habitant de Compiègne depuis peu.

Il entra puis aperçois la jeune dame qui réclamé la propriété de ces parents...


Bonjour !

Est ce que vous avez fini ?


Messire Diodoris, sans vouloir me mêler de ce qu'il me regarde point , je pense que cette jeune dame à le droit d'avoir la propriété de ces parents et je vous prie de bien vouloir enregistrer mon domaine qui est en construction .

Je me trouve en bordure de forêt mais voila je me suis approprié un terrain en abattant des arbres .


Kevin60330 a écrit:
Kevin voyait donc que sa demande a été prise en compte mais fût interpeller par la jeune fille qui discutait avec le responsable du cadastre parlant par rapport à sa situation.

Citation :
Ahem… bien le bonjour, maître, je vois que votre demande est au moins prise en compte ! Je me nomme Aliénor Vastel, revenue depuis peu dans ma ville natale, enchantée de vous rencontrer.

Il n'avais pas le temps de dire mot qu'elle se retourna, Kevin étant point impoli alla voir la jeune fille et se présenta à son tour.

Bonjour demoiselle Aliénor Vastel, pardonnez moi je devais ne faire que passer ici, beaucoup de travail m'attend ce n'est en rien contre vous surtout que j'écoutais votre problème que je comprend d'ailleurs.
Je me présente aussi par conséquent, Kevin de la Bruissière dict Kevin, maire adjoint de Compiègne , sergent de la prévôté de la ville , Garde royal et Prévôt de la Grande Maison d'Airain revenu depuis peu de voyage, un plaisir de vous rencontrez également

Alienor_vastel a écrit:
Le bureau du responsable du cadastre commençait à devenir le dernier salon où l'on cause (même si c'était elle qui causait le plus, mais bon !), avec l'arrivée de Wilus.
Aliénor lui adressa un sourire, ayant déjà eu l'occasion de rencontrer l'homme et de l'apprécier. Comme un réflexe, sa langue passa sur ses lèvres, souvenir du miel que Wilus lui avait si gentiment offert.

Et un autre sujet de satisfaction, puisque le nouvel arrivant appuyait sa demande auprès de Diodoris.
Même si la blondinette regrettait d'avoir invoqué comme raison la reprise de possession de la demeure parentale. Oh, non pas que ce n'était pas vrai, loin de là, cette chaumière avait vraiment accueilli l'amour de ses parents, ses premiers pleurs de bébé, ses premiers sourires aussi, ses premiers pas, jusqu'à ce qu'ils ne la quittent pour d'autres lieux et d'autres responsabilités qui d'ailleurs les avaient menées à la fin qui avait été la leur.
Mais ce "détail", elle aurait préféré le garder pour elle dans un premier temps, se faire connaître avant que de ne se faire reconnaître...

Un profond signe de la tête à l'attention de Wilus, accompagné d'un grand sourire pour le remercier de son soutien.
Et pour une fois, la blondinette se tut, le temps de laisser l'ancien ménéhildien faire sa demande.

Et c'est à ce moment que l'homme à qui elle s'était précédemment présentée vint lui rendre la pareille.


Bonjour demoiselle Aliénor Vastel, pardonnez moi je devais ne faire que passer ici, beaucoup de travail m'attend ce n'est en rien contre vous surtout que j'écoutais votre problème que je comprend d'ailleurs.
Je me présente aussi par conséquent, Kevin de la Bruissière dict Kevin, maire adjoint de Compiègne , sergent de la prévôté de la ville , Garde royal et Prévôt de la Grande Maison d'Airain revenu depuis peu de voyage, un plaisir de vous rencontrez également


Airain... Une boule dans le ventre, comme un coup de poing qui lui coupait le souffle. Comme le passé s'acharnait à se faire tellement présent, d'un coup! Airain... Ysa, son visage qui lui revenait brusquement, la voix douce, la funèbre annonce, par deux fois...

Aliénor prit une grande inspiration, visage impassible, espérant que nul n'avait remarqué son trouble. Le sourire était toujours sur ses lèvres, habitude de masquer ses sentiments, elle réussit même à émettre un petit rire. Juste un peu crispé...


Et bien... "maire adjoint de Compiègne, sergent de la prévôté de la ville, Garde royal et Prévôt de la Grande Maison d'Airain"... En voila nombre de fonctions; j'espère que vous trouvez le temps de les faire toutes, et bien!
Tenez, j'en profite, puisque vous êtes maire adjoint, j'ai rencontré maîtresse Tartine pour lui proposer de servir Compiègne, elle n'a su quoi me répondre. Aussi, je vous le redit à vous, si jamais je puis être d'une quelconque utilité à Compiègne...


Petite pause avant de reprendre, l'air de rien. La Grande Maison d'Airain, dites-vous... cela doit être une très belle propriété, avec de beaux jardins... Le son de la voix se baisse un peu, comme rêveuse. J'adore les jardins, ils m'en rappellent d'autres...

Kevin60330 a écrit:
Kevin écouta la jeune fille qui semblait un peu perturber par sa présentation, il lui sourit un peu quand elle prit la parole à son tour pour lui répondre et entamé le dialogue.

Citation :
Et bien... "maire adjoint de Compiègne, sergent de la prévôté de la ville, Garde royal et Prévôt de la Grande Maison d'Airain"... En voila nombre de fonctions; j'espère que vous trouvez le temps de les faire toutes, et bien!
Tenez, j'en profite, puisque vous êtes maire adjoint, j'ai rencontré maîtresse Tartine pour lui proposer de servir Compiègne, elle n'a su quoi me répondre. Aussi, je vous le redit à vous, si jamais je puis être d'une quelconque utilité à Compiègne...

Kevin resta surprit par le ... et bien! Ce qu'il finît par répondre.

Ben écouté Aliénor je ne pense pas que les Compiègnois on eu a se plaindre de moi sur mon travail ou alors je les invites a me le dire la porte de mon bureau, de ma maison ou même les pigeons sont disponibles et j'y répondrais volontiers.

Pour ce qui de votre aide, j'en prend note, d'ailleurs puisque j'y pense , Compiègne manque de courrier, seriez vous alors intéressé pour l'être? Ayant été courrier de Langres pendant plus d'une demi année je pourrais vous apprendre le travail éventuellement.

Puis la discution dévia alors sur Airain, beaucoup de membre de la mesnie d'Airain habite Compiègne et forcément cela revenait souvent mais étrangement cela parlait des jardins

Citation :
La Grande Maison d'Airain, dites-vous... cela doit être une très belle propriété, avec de beaux jardins.
J'adore les jardins, ils m'en rappellent d'autres...

Et là Kevin se retrouvait un peu penaud n'y connaissant rien en jardin enfin en botanique de manière générale mais il préféra répondre quand même.

Effectivement ceux du domaine d'Airain sont magnifique j'y adore me promener peu être accepteriez vous un jour de les visités enfin cela n'est pas moi qui décide.

Alienor_vastel a écrit:
Le dernier salon où l'on cause, vous dis-je ! La discussion était devenue conversation, bien plus agréable quoi qu'il en soit, que d'essayer de faire entendre raison et d'argumenter sans fin pour une modeste chaumière.

Aliénor avait bien remarqué la surprise de Kevin à ses premiers mots et précisa le fond de sa pensée.


Pardonnez-moi Kevin - je peux vous appeler Kevin ? sans attendre la réponse (encore une mauvaise habitude, décidément si Ysabault ou sa mère avaient été encore là, elles n'auraient pas manqué de la réprimander pour ses mauvaises manières - car oui, Aliénor peut penser à tout cela en même temps qu'elle parle !), sans attendre la réponse, donc, elle enchaîna c'est que voyez-vous, tant de personnes cumulent les fonctions, uniquement pour le titre, les avantages et la renommée qu'elles apportent, mais sans les mener à bien...

Et la blondinette d'ajouter avec un hochement de tête approbateur Cela n'est pas le cas pour ce qui vous concerne, j'en suis heureuse ! En même temps, sa marraine avait toujours su s'entourer de personnes méritantes...

La conversation se poursuivait allègrement, et prenait un tour qui intéressait de plus en plus Aliénor.


Pour ce qui de votre aide, j'en prend note, d'ailleurs puisque j'y pense , Compiègne manque de courrier, seriez vous alors intéressé pour l'être? Ayant été courrier de Langres pendant plus d'une demi année je pourrais vous apprendre le travail éventuellement.

Et bien justement... Figurez-vous que j'ai envoyé missive au Porte-parole, le Vicomte de Châlons, pour lui faire part de mon intérêt quant à ce poste. Il m'a convié à un entretien privé, pour mieux connaître et mes motivations et ma personne je suppose. Malheureusement nos mésanges ont quelques difficultés à se rencontrer, mais je ne désespère pas ! Le sourire redevint franc et ouvert en ajoutant Et ce serait d'autant plus un plaisir et un honneur que vous puissiez me guider dans mes premiers pas...

Et puis cette évocation une nouvelle fois à Airain en réponse à sa remarque sur les jardins.

Effectivement ceux du domaine d'Airain sont magnifique j'y adore me promener peu être accepteriez vous un jour de les visités enfin cela n'est pas moi qui décide.

La voix d'Aliénor se fait alors pensive... J'adorerai les visiter, oui... Si cela est un jour possible...

Pfff, reprends-toi ma fille, il sera temps, plus tard... Pour l'instant, la priorité est à cette chaumière dans laquelle elle aimerait bien enfin poser un pied, voire les deux tant qu'à faire.
D'ailleurs...


Ooh, Kevin, si je puis abuser encore quelques instants. Vous êtes l’adjoint au maire, vous avez donc votre mot à dire.
Maître Diodoris et moi-même avons quelque différent concernant la règle qui veut que les va-nu-pieds ne puissent disposer d'un logement à Compiègne.
Sous le prétexte que je n'ai pas souhaité un champ lorsque le conseiller du Duc m'a octroyé droit à propriété, il me nomme vagabonde et me refuse le droit à m'installer dans la chaumière que mes parents occupaient, il y a des années de cela, certes, mais qui m'est néanmoins revenue en héritage.
Je lui affirme quant à moi que que je ne suis pas une va-nu-pieds, ou une vagabonde, voudrais-je m'installer ici si tel était le cas ?
Avez-vous un avis quant à cette divergence d'interprétation, puis-je espérer enfin faire revivre cette chaumière à l'abandon ?


Là pour le coup, elle est anxieuse, la blondinette, elle qui a tant espéré ce retour à Compiègne.

Kevin60330 a écrit:
La conversation devenant légère, cela réjouissant Kevin, surtout après l'explication plus concrète de la jeune Aliénor qui fît encore plus sourire Kevin.

Citation :
c'est que voyez-vous, tant de personnes cumulent les fonctions, uniquement pour le titre, les avantages et la renommée qu'elles apportent, mais sans les mener à bien...

Puis d'ajouté.

Citation :
Cela n'est pas le cas pour ce qui vous concerne, j'en suis heureuse !

Ce qui le prévôt d'Airain acquiesça et approuva aussi le fait qu'elle l'appela par son prénom.

Oui bien sur vous pouvez m'appelez Kevin, cela est même fort souhaitable je vous en remercie.

D'ailleurs oui tant que je peux aidé, la ville, le duché et le royaume de France je le ferais selon mes moyens et les titres je m'en contrefiche totalement, j'estime toujours travailler sans rien jamais rien attendre en retour, je n'y attend aucun honneur toute façon.

Puis enchainant sur le fait de la proposition de devenir courrier de Compiègne, Kevin ne se retrouva pas surprit de voir que le vicomte de Châlons ne répondais pas à la jeune dame.

Je ne m'aventurerais pas sur le vicomte de Châlons qui m'a fortement déçu récemment mais je peux essayer de vous aidez en allant le voir moi même.

Pour ce qui est de vous guidez alors le plaisir sera partagé et je pense même et si cela l'intéresse voir avec la duchesse de Jouarre, Ysa, si elle peut vous y aider également car même si j'ai beaucoup apprit sur le tas, comme on dit, je lui doit beaucoup dans cette fonction que j'ai longtemps occupé car elle m'a énormément apprit et guider alors si je peux en quelques sortes lui donner un retour en formant de jeunes futurs courriers je le ferais.

Mais permettez je me dois vous quittez j'ai un peu de travail qui m'attend.

Kevin s'apprêta a partir quand Aliénor l'interpella de nouveau a son plus grand plaisir, il se dit que tant pis le travail qui l'attendais n'étant point urgent il pouvait continué a prendre du temps pour y répondre.



Citation :
Ooh, Kevin, si je puis abuser encore quelques instants. Vous êtes l’adjoint au maire, vous avez donc votre mot à dire.
Maître Diodoris et moi-même avons quelque différent concernant la règle qui veut que les va-nu-pieds ne puissent disposer d'un logement à Compiègne.
Sous le prétexte que je n'ai pas souhaité un champ lorsque le conseiller du Duc m'a octroyé droit à propriété, il me nomme vagabonde et me refuse le droit à m'installer dans la chaumière que mes parents occupaient, il y a des années de cela, certes, mais qui m'est néanmoins revenue en héritage.
Je lui affirme quant à moi que que je ne suis pas une va-nu-pieds, ou une vagabonde, voudrais-je m'installer ici si tel était le cas ?
Avez-vous un avis quant à cette divergence d'interprétation, puis-je espérer enfin faire revivre cette chaumière à l'abandon ?

Cette question embêta un peu Kevin , en effet il y a les lois et la manière de l'interpréter, il est vrai également que cela ne tenait pas compte de choix personnel de rester vagabond et de ne pas acquérir un champ. Mais le fait que la jeune fille ne soit pas une vagabonde il pourrait y répondre plus aisément.

Si vous n'êtes pas vagabonde alors il ne doit pas y avoir de problème. D'ailleurs la lois concernant les vagabonds je la trouve quelques peu imprécise, et puis pour moi tout le monde a le droit à un logement.
On peut être "vagabond" et rester dans une ville, vagabond certes dans le sens stricte veut dire que vous êtes sans attachement à une ville, que vous vivez dans la rue.

Après pourquoi pas voir le problème au cas par cas, si vous êtes vagabonde et qu'après réflexion vous souhaitez finalement élire votre domicile en notre ville je pense que le problème pourrait se réglé facilement.

Diodoris a écrit:
Diodoris avait enfin reçu une réponse de la Mairie. Madame la Maire, ainsi que Dame Chpiot ont confirmé sa proposition de reformuler la 2ème règle du cadastre comme suit : "Les «va-nu-pieds» devront dormir à la belle étoile". Cette vieille règle, aux termes vagues, établie il y a plus de 4 ans, n’était plus en accord avec les lois lévanesques.

Se tournant vers Dame Aliénor Vastel, il ouvrir le registre du cadastre et prit sa plume. Nous notons : Dame Aliénor Vastel au 6 allée St Georges. C'est bien cela. Voila cela a était un peu long. Mais vous nous avez permis d’améliorer notre réglementation.

Dame Aliénor Vastel, voilà votre bien dûment enregistré. Si vous cherchez une fonction, peut-être devriez vous consulter les annonces ducales ou les Communications du Porte Parole à la Sénéchaussée. Par exemple, en date du 4 février, Cerberos d'Armantia, Vicomte de Châlons-en-Champagne, Porte Parole de Champagne, annonce la recherche d’un conservateur pour le Musée de Champagne. Votre langue est riche et plaisante. Mais, elle gagnerait à être plus concise, à mon goût. Cette charge vous siérait-elle ?

Messire Wilus, la forêt de Compiègne est vaste. Pourriez-vous être plus précis sur la localisation de votre maison ? Il sera facile de rajouter une ligne sur le registre. Mais comme je n’excelle pas dans l’art du dessin, votre demeure ne figurera pas sur le plan. Du moins, tant que nous ne disposerons pas des services d’un artiste capable d’améliorer le travail de feu Jesrad.

Diodoris pensa dans son for intérieur. J’espère le Sieur Wilus ne s’est pas installé sur le domaine royal. La forêt domaniale royale commence entre la route de Ste Ménéhould (prendre la Porte de Pierrefonds) et la route de Varennes (par la Porte de la Chapelle). Les autres bois sont ceux de la ville et de quelques propriétaires.

Alienor_vastel a écrit:
Elle avait remercié Kevin pour ses indication et son aide, puis Diodoris avait enfin apporté la réponse qui lui seyait !

Nous notons : Dame Aliénor Vastel au 6 allée St Georges. C'est bien cela. Voila cela a était un peu long. Mais vous nous avez permis d’améliorer notre réglementation.

Petit rire en commentant Grand merci, maître Diodoris. Au moins mon acharnement aura t'il permis de clarifier une situation qui ne l'était point !

Si vous cherchez une fonction, peut-être devriez vous consulter les annonces ducales ou les Communications du Porte Parole à la Sénéchaussée. Par exemple, en date du 4 février, Cerberos d'Armantia, Vicomte de Châlons-en-Champagne, Porte Parole de Champagne, annonce la recherche d’un conservateur pour le Musée de Champagne. Votre langue est riche et plaisante. Mais, elle gagnerait à être plus concise, à mon goût. Cette charge vous siérait-elle ?

Conservateur de Champagne... Comme... une certaine personne dont elle gardait un tendre et amusé souvenir. Et avec tous les documents dont elle avait hérité de sa mère et de la Dame de celle-ci...
Elle hésita une seconde avant de répliquer.


En fait... je ne pense pas que je ferai l'affaire. Peut-être trop impliquée, il risque de me manquer de la neutralité nécessaire à cette fonction.
Quant à ma langue trop bien pendue
petite sourire à nouveau d'autres m'en ont fait le reproche déjà auparavant, et ce dès mon plus jeune âge, je crains fort maintenant que ce ne soit cause perdue !
Quoi qu'il en soit...
Prend son titre de propriété que Diodoris lui tend je vous remercie à nouveau, je vais enfin pouvoir rouvrir cette vieille chaumière...

Et d'un signe de tête accompagné d'un je vous souhaite la belle journée salue les personnes présente avant de laisser la place aux demandeurs suivants.


Dernière édition par Aliénor le Ven 16 Sep - 16:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
 
Bureau du cadastre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hortiflor Bureau et Fils
» [Lampe de bureau] Mirza au bureau par Lahumière Design
» [Bureau] Formica Desk par Michael Kainhofer
» Quel style de bureau et quelle couleur?
» [Bureau] Mix de chez Fly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RP d'ici et d'ailleurs :: RP Archives 1459- :: Année 1459-
Sauter vers: