AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un mariage flamand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aliénor
Admin


Messages : 1969
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Un mariage flamand   Jeu 3 Mar - 12:29

Pisan a écrit:
Voiture aux armoiries de Blainville et Chelles, une rose entrelacée d'un chardon effacés par la boue des routes...le printemps n'est pas encore là. Les abords de la cathédrale sont bloqués par une longue file ininterrompue de voitures dont elle reconnait certains armes dessinées sur les portières et la livrée de certains équipages ne lui étaient pas inconnues. Elle descend enfin, s'appuyant sur la main du valet de pied, sur le parvis crotté, faisant attention à bien enjamber les excréments encore frais des chevaux. Elle a revêtue 'un bliaut de velours gris perle doublé de menuvair dont les manches, très larges et fort longues, traînant jusqu'à terre, laissent voir, par-dessous, les secondes manches ajustées du pelisson de vair avec leur étoffe rose et leurs galons d'or. La ceinture jetée négligemment sur les hanches, retombe par-devant jusqu'au bas du bliaut, un orfèvre y a enchâssé des topazes, des agates, des escarboucles et des sardoines. Un cercle d'or posé sur un voile de mousseline rose étoilée couvre ses cheveux noirs tressés de rubans de soie.

Pisan s'avançe à l'intérieur de la cathédrale. Sa dame de compagnie la précéde ouvrant le chemin. Les traits sont tirés que le fard a du mal à masquer, l'absence se lit dans ses yeux et pourtant un sourire indéfinissable flotte sur ses lèvres.

La cathédrale est bondée pour ce grand jour, elle prend place près d'un pilier dont son époux aurait admiré la parfaite proportion, salue les visages connus d'un léger signe de tête et sourit franchement à sa cousine, heureuse de la voir comme toujours. Les mariés s'avancent vers l'autel, elle reporte alors son attention sur la cérémonie. "Jour de grâce et jour de paix Guillaume pour vous et les vôtres." murmure-t-elle.

Magdeleine a écrit:
Premier voyage en Flandres pour la compiégnoise. Accompagner Pisan où qu’elle se rende, dame de compagnie fidèle et loyale.
Voyage silencieux, chacune plongée dans ses pensées. Inutile de la presser de questions, elle sait déjà tout ce qu’il y a à savoir…

Arrivée à destination, sur le parvis. Regard impressionné à la vue du nombre de carrosses armoriés stationnés devant la cathédrale. A la vue de la Cathédrale elle-même.

Pénétrer dans le bâtiment, précéder Pisan à la recherche de places pour elles. Là, près d’un pilier. Se retourner, interroger Sa Dame du regard. Acquiescement. Se glisser à travers le rang, et s’asseoir.
Eviter de se tortiller sur sa chaise pour regarder autour d’elle. Poser sa main sur celle de Pisan et lui sourire.

Curiosité. Recueillement…


Pisan a écrit:
Grandes épousailles en la cathédrale de Bruges. Temps de répit et de repos pour la Maison de Chelles qui s'en vient faire honneur aux nouveaux mariés et assister aux joutes. Jour de liesse à Marchiennes.
Drôle de pays, drôles de gens qu'elle découvre pour la première fois.
Pisan, installée au fond de la banquette, une pelisse fourrée sur les genoux, regarde le paysage. Elle aime les voyages qui vous bercent dans une douce torpeur. Magdeleine est assise en face d'elle et semble songeuse. Point de bavardage entre elles, de temps à autre, un sourire de la dame de compagnie quand Pisan s'exclame sur une vielle chapelle, un arbre en fleurs.
La voiture s'arrête enfin devant le poste de garde.
Elle sort de sa rêverie.


- Mag? Nous y sommes n'est-ce- pas?

Magdeleine a écrit:
Elles avaient quitté le centre ville animé de Bruges, puis les faubourgs avaient laissé peu à peu la place à la campagne. Long cortège de carrosses arborant armoiries, suivis des chariots des gens de maison contenant matériel pour les campements et les joutes.

Dans la voiture, pouvoir étendre ses jambes à l’abri des regards, hormis celui, indulgent, de Pisan. Regarder le paysage qui défile lentement, sourire aux commentaires de Sa Dame, qui brisent parfois le silence entre elles. Laisser vagabonder les pensées, l’instant y est propice…

Sentiment qui ressurgit à chaque mariage auquel elle assiste, souvenir du sien. Que de temps passé depuis. Que d’épreuves, de joies, de peines aussi… Moments de partage, moments d’absences, pensée vers son époux resté en Champagne. Regard en biais vers Pisan, qui vit l’absence.

Arrêt de la voiture, et une question.


- Mag? Nous y sommes n'est-ce- pas?

Elle se redresse sur la banquette, puis visage qui se penche par la portière avant de se tourner vers Pisan.

Hm… Il semble, oui. Ne bouge pas, je vais nous annoncer.

Sortir à nouveau la tête par la portière, puis héler un des gardes.

Le bonjour ! La Vicomtesse de Chelles demande l’entrée sur les terres de Marchiennes pour elle et ses gens.

Elle attend la réponse, se demande où elles vont pouvoir se poser. Regarde en arrière de la voiture, les gens aux couleurs de Chelles sont toujours là (manquerait plus qu’ils se soient perdus en route, tiens !). Une fois l’emplacement trouvé, il faudra monter les tentes et s’installer. Léger soupir et impatience de pouvoir enfin passer une tenue plus confortable.

Clodoald Maelchon a écrit:
"Oufti la gonze" jura in petto (oui, ça lui arrive fréquemment ces derniers temps) Clodoald. C'est qu'elle a la gorge avenante, elle. Sur que lui, il y mettrait pas des bijoux, namého, on est un homme ou on n'est rien... Bon... Clodo, cesse de mater - oui, je sais, c'est pas facile, mais bon, t'es pas payer à faire ça non plus - et essaie de te rendre utile... ou plutost, essaie qu'elle t'apprécie.

Et du coup, notre "bon" ami le garde se fend d'une inclinaison du buste, et répond, enfin:
"Belle dame, c'est tout droit... Par là... Au plaisir de vous revoir". Et parce que cet effort lui a couté, et aussi parce qu'il ne sait faire autrement, il lui glisse un clin d'oeil qui veut dire beaucoup...

Magdeleine a écrit:
La réponse arrive enfin, le regard de Mag revient vers le garde. Remarque qu’il ne la regarde pas dans les yeux en lui parlant *plus haut les yeux, hein !* Hm…

"Belle dame, c'est tout droit... Par là... Au plaisir de vous revoir"

Le tout accompagné d’un clin d’œil fort expressif. Re-hm…

Premier réflexe de la dame de compagnie : remettre le rustre à sa place. Non mais c’est vrai ça, plaisir pour qui? Suffit bien déjà de subir ce genre de comportement en taverne. Pfffffff, trouver du bon personnel devient de plus en plus difficile.

Deuxième réflexe, parce que finalement elle n’est pas du genre à s'offusquer facilement : faire comme si elle n’avait rien remarqué. Et puis en fait, ça l’amuse, ça change des accueils stylés et guidés !
Donc, sourire et petit hochement de tête
Merci mon brave avant de se rencogner dans la banquette, prise d’un fou rire sous l’œil intrigué de Pisan.

Hoquette entre deux accès de rire (oubliées les chaussures qui lui font mal aux pieds- quelle idée aussi de ne pas avoir pris la peine de les "casser" avant)
C’est rien, ça va passer… Ajoute en désignant le garde Faudrait le même à Chelles !

Clodoald Maelchon a écrit:
Elle lui a dit "Mon brave"... "Mon brave"... Le clin d'oeil n'avait pas été pour rien... Youou, Clodoald était de bonne humeur, et plein d'espoir. Il allait ptèt enfin conclure... Et pas avec la pire... Tudieu, sacrée bonne plaque que ce taf de portier, pas question de le perdre, ah ça non.

Aussi, parce qu'il était heureux, il se vida un demi-litre debière direct dans la panse, avant que de remettre son vieux gilet de laine, troué et poussièreux, en place.

Pisan a écrit:
Echanges entre le garde et Magdeleine...Elle écoute distraitement mais lorsque sa dame de compagnie pose la tête sur le dossier et semble prit d'un four rire, Pisan lève un sourcil.

C’est rien, ça va passer… Faudrait le même à Chelles !

Ah?

La jeune femme penche la tête par la portière et observe le garde et sourit à Magdeleine.

Hum, tu me conteras ça Mag !

La voiture s'ébranle de nouveau et Pisan retourne à sa rêverie.
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Aliénor
Admin


Messages : 1969
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: Un mariage flamand   Jeu 3 Mar - 12:30

Pisan a écrit:
[Campement des Dames Blanches - Tente de Chelles avant le tour préliminaire]



Enfin depuis leur arrivée, Pisan avait choisi de camper avec ses sœurs qu'elle ne voyait pas assez. Elle avait cependant planté sa bannière à l'entrée de sa tente car tant que les couleurs étaient là, rien n'était perdu.

Elle devait se hâter de se préparer pour les joutes et n'était pas très en forme mais le maître des lieux avait tellement insisté.
Lorsque son écuyer, vint lui annoncer qu'elle aurait le vicomte de Montgommery pour adversaire, elle grimaça .


Arf! Un licorneux...Et pas un débutant en plus. Mag? Tu crois que je vais devoir goûter à la terre des Flandres?

Elle commença à se préparer en bavardant avec son amie, elle avait envie de voir les joutes de ses amis ici présents et elle avait aperçu quelques couleurs qui ne lui étaient pas inconnues mais bon, nous verrons cela au banquet. Elle détestait que les joutes soient avant le bal, car elle était trop courbaturée en général pour pouvoir danser.

Magdeleine a écrit:
[Campement des Dames Blanches - Tente de Chelles avant le tour préliminaire]

La voiture s’était arrêtée, et Mag avait sauté à terre sans attendre l’aide du valet de pied. Grimace. Satanée chaussures.
Regard autour d’elle. Jeune aspirante Dame Blanche, elle n’avait eu que peu de temps jusqu’à présent pour faire la connaissance de ses sœurs, et se réjouissait de l’occasion qui lui en était enfin offerte. Occasion festive qui plus est.

Elle donna les ordres afin que les affaires soient déballées et la tente montée. Oriflamme chellois planté à l’entrée de la tente. Surveillance du va et vient des valets qui débarquent le matériel entreposé dans le chariot. Elle prit en charge personnellement le luth, objet qu’elle savait précieux aux yeux de Pisan. Quand au grand baquet… derrière un paravent, avec consigne de le remplir d’eau chaude. Très chaude…

L’écuyer de Pisan revint avec le nom de son adversaire. Grimace de la Vicomtesse.


Arf! Un licorneux...Et pas un débutant en plus. Mag? Tu crois que je vais devoir goûter à la terre des Flandres?

La rassurer. Enfin, essayer *Mais non… enfin peut-être… mais je suis sure que tu feras de ton mieux*
L’aider à se préparer tout en commentant l’événement. Impatience de Pisan de rencontrer des connaissances, de banqueter, de danser.
Mais ce sera pour après la joute dans laquelle elle est engagée. D’ailleurs ça y est, elle est prête, son écuyer l’attend.
Sourire et mot d’encouragement de la dame de compagnie, qui se dirige ensuite vers les lices.

Pisan a écrit:
[Campement des dames Blanches après la cérémonie de mariage]

Une fois, les mariés partis de la cathédrale, Pisan, en compagnie de Magdeleine, avaient rejoint les dames Blanches à Machiennes. Elle avait hésité car elle avait été si loin de la commanderie depuis si longtemps. Mais après tout, pour une fois que son époux était absent, elle pouvait se joindre à ses sœurs, d'autant que Magdeleine, nouvelle aspirante de l'ordre, serait heureuse de mieux les connaitre.
Toutes les dames Blanches étaient déjà en train de se préparer pour la parade puis, pour jouter. Elle avait vu au tableau quelques fameuses rencontres. Elle se hâta de se préparer quand son écuyer, parti aux nouvelles, revint avec l'annonce suivante:


totoxlezerox a écrit:
Citation :
Joute de Marchienne
Cercle de rang éliminatoire, opposant : Pisan d'Harcourt de Chelles, Vicomtesse de Chelles, Dame de Blainville, Chevalier de Dampierre, Premier Secrétaire d'Etat de Sa Majesté à Alcalnn Blackney,Vicomte de Montgommery, Chevalier Errant de la Licorne, Connestable de Normandie


-
Le Premier Secrétaire d'Etat s’opposant au Vicomte de Montgommery





[Dans la lice]


Ah mon dieu ! Le vicomte de Montgomery…Arf!

Elle allait devoir gouter la terre des Flandres après avoir goûté celle du Dauphiné. Décidément. Elle sourit bravement, lorsqu’Alcann vint la saluer. Marie lui avait parlé des Licorneux et elle était un peu impressionnée mais n'en fit rien paraître.

Alcalnn a écrit:


-Je gage ma Dame,
Que sous vos charmes,
Possédiez une volonté de fer,
Pour aisément me défaire.

Elle ne connaissait pas non plus le Normand, mais savait qu’il était un habile jouteur. Elle sourit au compliment et maudissait le peu de temps qui lui restait pour s’entraîner à la commanderie. Elle espérait au moins, sinon faire honneur, au moins ne pas démériter parmi les dames Blanches et maugréa:
"- le charme le charme...mouais...'sert po à grand chose là."


Elle salua en retour et prit place. Au signal, elle talonna son destrier, serrant les dents. Lance en avant, et…. le rate!

CRAAAACCC!

Un bruit sinistre se fit entendre, une secousse dans le bras, une douleur vive la fait lâcher prise.
Lance brisée volant en éclats, Pisan vacille sous la violence de l’impact et chuta lourdement sur le sol. Un morceau d’éclat de bois avait lacéré son front causant une légère éraflure au dessus de l'arcade sourcilière.
Elle soupçonnait cependant le vicomte de Montgomery de n’y avoir mis toutes ses forces.






Elle le vit venir à elle et lui offrir son aide fort courtoisement.


Alcalnn a écrit:


-Vous me voyez désolé,
De vous avoir fait chuté,
J'ose espérer que vous me pardonnerais,
D'avoir si fougueusement jouté.

Ne le soyez pas messire Vicomte, je pourrai ainsi maintenant jouir du spectacle des tribunes. Je vous souhaite belles victoires pour la suite.


Elle le salua de nouveau et regagna ses quartiers, grimaçant sous la douleur à chaque pas en regardant Magdeleine qui était dans les tribunes. Elle voulait se changer rapidement pour aller voir jouter ses amis. Elle entendait déjà les cris, les bravos et les commentaires de la foule et le fracas des lances provenir de la lice alors qu'elle s'en éloignait. Voilà le souci des mariages comportant des joutes, elle devait toujours faire une impasse sur la danse à cause des courbatures. Mais Guillaume avait tellement insisté pour qu'elle joute. Elle soupira en entrant dans la tente.

Magdeleine a écrit:
Des joutes. Voila bien longtemps qu’elle n’y avait pas assisté. Depuis son départ de son Languedoc natal, cela faisait maintenant… pfiou, au moins tout ça. Et pourtant, elle retrouvait le même plaisir qu’alors. Chevaux piaffant d’impatience, sable soulevé par le galop, reflets du soleil sur les armures, bruit sourd des lances qui se brisent.

Mag souriait, applaudissait, encourageait. Mais voila que se tenait maintenant une joute qui l’intéressait particulièrement, puisqu’elle impliquait la Vicomtesse de Chelles.

Souffle retenu lorsque Pisan talonne sa monture, lance en avant. Grimace lorsqu’elle est touchée. Les yeux qui se ferment lorsqu’elle tombe. Elle les ouvre pour voir l’adversaire de sa Dame l’aider à se relever. Elle respire.

Regards qui se croisent, elle sait qu’elle doit y aller, rejoindre Pisan. La dame de compagnie se lève, dérange ses voisins avec un sourire d’excuse *oups pardon… excusez-moi… merci… oh désolée, c’était votre pied…*

S’éloigne dignement de la lice, puis relève ses jupons pour courir jusqu’au campement des Dames Blanches où elles ont installé leurs tentes. Entre dans celle qui est marquée de l’oriflamme de Chelles. Pisan y est déjà, elle maugrée, Mag peut distinguer quelques mots qui la font sourire "vais plus pouvoir danser maintenant".


C’était pas si mal, tu as chuté de façon très élégante, en fait ! Sisi, je t’assure !
Bon, montre-moi un peu ça…
Hm… Quelques ecchymoses sans gravité, qu’un peu de baume à l’arnica devraient soulager. Quant à l’estafilade au front… Légère. La nettoyer à l’eau claire, il n’y aura même pas besoin de suturer, à peine garderas-tu une petite cicatrice. En modifiant un peu ta coiffure, nous devrions même réussir à la camoufler un peu…


Tout en y allant de ses commentaires, Mag fouillait dans sa besace qui l’accompagnait où qu’elle aille, et où elle rangeait quelques onguents, et s’affairait à soigner Pisan. Elle l’aiderait ensuite à se changer, elle savait que la Vicomtesse souhaitait assister -en tant que spectatrice cette fois- à la suite des festivités.

Pisan a écrit:
[Campement des Dames Blanches - Tente de Chelles après les joutes]

Voilà de retour du tour préliminaire somme toute sans surprise aucune et ce, pour personne, Pisan se fit soigner par Magdeleine qui savait manier les onguents comme personne.
Une éraflure sur l’arcade sourcilière, un peu de baume, changer sa coiffure pour y mettre une frange légère et un bain…elle avait envie d’un bon bain chaud comme à Chelles avant de choisir sa tenue pour le banquet et aller voir Marie jouter. Puis, elle avait reçu un mot de sa cousine et voulait partir à sa recherche. Elle la savait fort occupée aux préparatifs du mariage. Au loin, elle entendit la voix de Zalina qui annonçait la suite des réjouissances. Elle retrouverait sans doute, Kirah, là bas.


Mag? Alors tu es prête toi?


Magdeleine a écrit:
[Campement des Dames Blanches - Tente de Chelles]

Retour sous la tente après la défaite de Pisan, son adversaire plus expérimenté a eu raison d’elle. Quelques contusions, une légère estafilade sur le front, rien de grave que Mag ne puisse prendre en charge. Retirer une à une les plaques de la lourde armure, puis s’occuper du bain chaud dans lequel Pisan va pouvoir se plonger. Pétales de roses et fleurs de lavande pour délasser les muscles endoloris, fragrance florale qui parfume l’intérieur de la tente.
Vérifier la chaleur de l’eau, puis indiquer à Pisan qu’elle peut s’y plonger.


Mag? Alors tu es prête toi?

Regard vers sa tenue. Sur sa fine chemise de lin, elle a enfilé un bliaut en soie verte brochée d’or à l’encolure ornée de larges galons, d’or eux aussi, et dont les longues manches traînent jusqu’à terre. Sa ceinture, un bijou d’orfèvrerie enchâssé d’escarboucles et de sardoines, est posée négligemment sur ses hanches et retombe par-devant jusqu’au bas du bliaut.
Elle a échangé ses chaussures qui lui blessaient les pieds contre des souliers étroits à bec pointu, en cuir de Cordoue. Elle ne sait si elle dansera, elle n’a pas de cavalier, mais au moins elle pourra rester debout sans souffrir.
Ses cheveux, ramassés en une longue tresse tombant dans son dos pour l’instant, n’attendent plus que d’être relevés en un chignon qu’elle enserrera tout à l’heure dans une résille perlée.


Hm… Presque, oui, je n’aurai plus que les finitions à faire !

Pisan se plonge dans son bain avec un soupir de délectation tandis que Mag s’installe sur un siège à ses côtés.

Quel bonheur!

Sourire de Mag qui sait combien la jeune femme apprécie ce moment de délassement. Pieds sur la chaise, bras encerclant ses jambes et menton posé sur ses genoux, Mag aussi se détend. La Vicomtesse et sa dame de compagnie peuvent bavarder librement, instants de complicité en toute insouciance.

Regard vers le luth de Pisan et son propre rebec posé à côté.


Veux-tu que je te joue quelque chose ?

Sans attendre la réponse, qu’elle sait d’avance positive, elle se saisit de son instrument. Pisan l’italienne et Mag la languedocienne se retrouvent souvent autour de la musique, leurs voix à l’unisson résonnant à travers les couloirs de Chelles. Première fois sous une tente dans un campement, mais après tout pourquoi pas, l’instant y est propice…

Elle pose les pieds à terre et appuie le rebec contre sa poitrine. Archet bien en main, elle le fait glisser légèrement sur les cordes alors que sa voix claire accompagne la mélodie. Souvenir de ces
cansons interprétées par les troubadours qu’elle écoutait dans son enfance…
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Aliénor
Admin


Messages : 1969
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: Un mariage flamand   Jeu 3 Mar - 12:30

Pisan a écrit:
[Campement des Dames Blanches - Tente de Chelles - après le bain]

Elle écoutait avec ravissement la douce voix de Magdeleine et se détendait dans le bain parfumé. La chanson s'arrêta et elle remercia sa dame de parage.
- Allons, préparons-nous pour la soirée qui s'annonce pleine de réjouissances Mag. J'ai grand faim et il me semble qu'un buffet nous attend. J'ai hâte de voir à quoi ressemblent les boissons locales.
Elle rit en sortant du baquet d'eau, s'enveloppa d'un drap et commença à peigner ses cheveux. Elle fit signe à Magdeleine de continuer à jouer.
- Je vais m'habiller seule Mag.

Elle prit les vêtements préparés avec soin sur les perches et commença à se vêtir avec soin. D'abord, la chemise, en fine toile de lin, est blanche « comme fleur des prés » avec une légère teinte safran. Elle revêtit une robe de cendal rouge foncé, presque violet avec un léger galon d'or parant le bout des manches qui sont serrées au poignet, et le bas de la jupe, qui s'arrête à la cheville . Une passementerie semblable agrémente l'encolure.vêtement, assez étroit et ajusté. Elle enfile enfin par dessus le bliaut couleur "cendre de rose". Puis elle tressa ses cheveux et les releva en chignon torsadé formant une couronne autour sa tête et piqua une étoile en rubis rouge cœur de pigeon et se retourna vers son amie et confidente.
- Et voilà! Allons!
Elle prit le présent pour les mariés et sortit en compagnie de Magdeleine, vers l'aile réservée au banquet de la noce.
Son esprit était en repos et elle avait toujours aux lèvres ce sourire que même l'absence n'effaçait pas.

Magdeleine a écrit:
[Campement des Dames Blanches – Tente de Chelles]

La canso terminée, Pisan lui demanda de continuer de jouer pendant qu’elle se préparait. Mag sourit à l’évocation des boissons locales, il fallait dire que, hormis les vins languedociens et champenois et le calva, elle n’avait jamais eu l’occasion de goûter aux autres breuvages régionaux, flamands a fortiori. Elle réfléchit rapidement, puis passa de la langue d’oc à celle d’oil. Un rondeau de Guillaume de Machaut,, voila qui plairait sans nul doute à sa Dame.
La musique s’envolait, légère, à l’unisson de sa voix. Oublié pour un temps l’inconfort d’une tente, aussi bien installée soit-elle…

Pisan termina de se vêtir, puis passa à sa coiffure. Mag posa son rebec et la rejoignit pour faire de même. Remonter sa tresse, en faire un lourd chignon tenu par une fine résille perlée. Simple mais efficace, qui devrait tenir en toute circonstance.
Cour d’oeil à Pisan, elle rajusta l’étoile en rubis dans la coiffure de cette dernière *là, c’est mieux*, puis lui tendit le miroir. Sourire satisfait de part et d’autre.


- Et voilà! Allons!

Sans un mot, mais sourire aux lèvres de la voir comme apaisée, la dame de compagnie la précéda de quelques pas, afin de soulever la tenture qui barrait le passage vers l’extérieur. Consignes aux valets qui attendaient à l’extérieur, de vider le baquet du bain, puis quelques pas rapides la portèrent à nouveau à hauteur de Pisan, en direction de la suite des événements.


Dernière édition par Alienor le Jeu 3 Mar - 12:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Aliénor
Admin


Messages : 1969
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: Un mariage flamand   Jeu 3 Mar - 12:30

[Salle des cadeaux]

Pisan a écrit:
Après des détours dans le vaste castel, venant de son campement aux pieds des murailles, en compagnie de Magdeleine, elle pénétra dans une vaste salle où de magnifiques pièces étaient déjà déposées.
Elle avait longtemps réfléchi à ce qui pourrait plaire aux époux et décida non pas d'en faire l'acquisition mais de le faire confectionner par les ateliers de Chelles. Elle fit signe aux valets qui portaient la lourde pièce de le dérouler, tandis que deux autres posaient les perches destinés à recevoir le présent.
Elle observa tout en donnant des consignes, tandis qu'ils déposaient la tapisserie afin de la mettre en valeur. Le sujet semblait approprié et le nom évocateur.


Mag, regardes! "A mon seul désir" ! Elle recula et sourit. Son époux aurait aimé lui aussi le présent.

***
Spoiler:
 

Magdeleine a écrit:
Des couloirs, encore des couloirs, toujours des couloirs. Mag se sentait toujours un peu perdue dans les vastes demeures comme celles-ci, il n’y avait qu’à Chelles qu’elle avait enfin trouvé ses repères, non sans mal ceci dit…

Elles arrivèrent enfin dans la salle où étaient déposés les présents aux mariés. Tandis que Pisan donnait les consignes afin d’exposer ce qu’elle comptait offrir, Mag regardait autour d’elle les cadeaux déjà exposés. Puis elle revint vers la tapisserie enfin déployée, œuvre des ateliers de Chelles sous les directives de Pisan.


Mag, regardes! "A mon seul désir" !

Elle s’approcha pour regarder le détail du dessin, la finesse des points, le choix des couleurs. Nul doute qu’il s’agissait là d’un présent personnel, qui reflétait la sensibilité de la Vicomtesse. Elle sourit et revint aux côtés de Pisan, posant sa main sur son avant-bras.

C’est magnifique, Pisan…

Un gargouillis dans son ventre lui rappela alors que la journée avait été longue, et qu’un banquet les attendait. Elle ajouta en rougissant

Euh… ne serait-il pas temps de nous joindre au repas ? Et par chance, je pense avoir repéré la salle où il se tient !

Une fois n’est pas coutume, elle prit les devants, ouvrant le chemin vers la salle du banquet.
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un mariage flamand   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un mariage flamand
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 48 heures à Gand (Belgique)
» Quelle couleur avec quel mariage pour mes juments?
» Tradition du mariage breton
» Faire part de mariage
» un petit cours de flamand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RP d'ici et d'ailleurs :: RP Archives 1456-1457-
Sauter vers: