AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "Quand bon vous semble", avait-il dit...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aliénor
Admin
avatar

Messages : 1969
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: "Quand bon vous semble", avait-il dit...   Mar 19 Juil - 11:07

Alienor a écrit:
... quelques jours après qu'il soit arrivé en Champagne alors qu'il lui parlait du Domaine dont il avait la charge, l'y invitant. Et justement il semblait bon à la petite blonde. Le temps avait manqué avant, l'opportunité aussi, elle ne pouvait s'absenter trop longtemps du village où elle résidait, et surtout le fait qu'ils étaient tous deux à Troyes, passant déjà de longs moments ensemble, entre discussions et non dits, regards et silences pourtant si éloquents.

Invitation renouvelée à l'issue des joutes de Chaumont, lorsqu'ils s'étaient séparés, lui devant passer à son Domaine afin d'y régler les affaires courantes, elle devant retourner à Troyes afin de rattraper le retard pris dans sa fonction de Courrier durant ses quelques jours d'absence.
Séparation pour mieux se retrouver, le temps pour elle de crier quelques annonces et de préparer à nouveau quelques affaires en vue du séjour qui s'annonçait. Et pensée que depuis quelques temps, elle restait de moins en moins dans son village d'adoption, prémisses du voyage projeté et qui l'éloignerait de Troyes, puis de la Champagne, durant un certain temps.

Etoile à nouveau sellée, fontes à nouveau remplies, et elle avait pris la route en direction d'Etampes, alternant entre rythme tranquille et longs galops sur les chemins.
Peu avant d'arriver, elle avait bifurqué vers la Marne dont elle avait longé la berge un moment, puis s'était arrêtée, laissant ses pervenches vagabonder sur l'eau, avant d'accompagner une branche d'arbre qui y flottait à la dérive. Et froncement de sourcils pensif, si elle ne se trompait pas, d'ici quelques heures, ou quelques jours peut-être, le morceau de bois porté par le courant croiserait Pomponne... Etrange comme tant de choses la ramenait vers ce lieu où elle avait passé une partie de son enfance, quand elle n'était pas à Chelles ou à Compiègne. Etrange comme le destin s'obstinait à ne pas lui faire oublier son passé, à lui rappeler ce qui avait été, et qui elle était. Ne pas oublier le passé, pour mieux profiter du présent sans penser à un avenir qui peut-être jamais ne serait...
En lui faisant retrouver cette lettre au fond d'un coffre, en lui faisant affronter ces désillusions lors de son retour en Champagne, en lui faisant rencontrer Aimelin, qui avait connu sa mère, et dont le domaine était traversé justement par cette Marne au bord et dans laquelle elle avait eu tant de plaisir à jouer quelques années auparavant.

Un léger sourire sur les lèvres, elle détourna son regard de la rivière et le porta vers les murs qu'elle distinguait au loin à travers les arbres. Et talonnant Etoile, la dirigea dans cette direction, tournant le dos à la rivière tranquille dans un galop léger.

Une légère brise alliée au rythme imprimé à sa jument faisait flotter ses cheveux dans son dos, et la jupe de monte bleue qui couvrait ses jambes ondulait à chaque foulée. Le soleil dardait ses rayons sur le paysage inondé de lumière et de chaleur, rendant plus vives encore les couleurs de la nature.
Les grilles s'offrirent bientôt à sa vue, et l'adolescente intima à sa monture de ralentir, parcourant la dernière distance au pas, avant de s'arrêter tout à fait devant le poste de garde.

Rênes réunies dans une main, tandis que de l'autre elle caresse doucement la crinière de la frisone, et un murmure
Et bien, nous y voici. Et sans me perdre, qui plus est !

Pervenches qui s'attardent un instant. De l'autre côté de cette grille, le jeune seigneur, d'autres discussions à mi mots, d'autres taquineries, d'autres découvertes, d'autres moments ensemble, tant d'autres choses dans la continuité de ce qu'ils vivaient, savourant l'instant présent.

Ne restait plus maintenant qu'à s'annoncer.
Ce qu'elle fit, de la même voix claire dont elle usait lorsqu'elle devait crier les annonces ducales en place de Troyes.


Ohé, y'a quelqu'un ?

Erich Buterg a écrit:
Il était de garde le blondinet, comme souvent lorsqu'il était au château de toute façon. Il avait profité de la tranquilité des lieux pour revoir les armes et ranger un peu la salle de garde afin que le jeune seigneur ne ronchonne pas devant le désordre.
Il était gentil Etampes mais il ne fallait pas le chatouiller lorsqu'il s'agissait de la sécurité du Chateau et du Domaine et lorsqu'il s'agissait d'accueillir des visiteurs.


Ohé, y'a quelqu'un ?

Froncement de sourcils en regardant par l'ouverture qui donnait sur la grille. En parlant de visite, on voila une.
Il laissa tomber la lance qu'il plaça contre le mur et se dirigea vers la porte, arrangeant son uniforme de garde d'Etampes et regarda la silhouette qui se tenait à cheval.


bonjour ! en s'avançant jusqu'aux grilles il remarqua que c'était une jeune femme et il sortit son sourire le plus aimable... Le jeune seigneur avait parlé d'une jeune Dame risquant de venir, mais il était souvent entouré de femmes et il ne savait pas si c'était elle.

Dame, bienvenue à Etampe.
Vous désirez voir le Seigneur Aimelin ?


Alienor a écrit:
Le garde était plutôt charmant, bon point. Il l'avait appelée "dame", mauvais point et plissement de nez de la blondinette, s'il y avait bien une chose qu'elle détestait, c'était ça. Enfin non, il y avait plein d'autres choses en fait, qu'il serait trop long d'énumérer ici, mais là pour l'instant c'était ça.
Soupir, il croyait qu'elle avait 20 ans ou quoi ?

Et réponse légèrement ironique pour faire passer son agacement.


Le bonjour à vous. Contrariée certes, mais polie quand même Non, en fait je suis venue visiter la Reyne ! Bonne humeur retrouvée, sourire malicieux à défaut du fou rire qui couvait devant le regard interloqué du garde. Mais non, évidemment que je désire voir le seigneur des lieux, je suis même attendue il me semble. Aliénor Vastel.

Ça suffisait, ou fallait qu'elle détaille son CV ?


Erich Buterg a écrit:
Elle plissait du nez la dame et Buterg se demandait ce qu'il avait dit ou pas dit et il fit une petite grimace tout en ouvrant les grilles qui protégeaient les grandes portes qui elles restaient ouvertes dans la journée. Le nom de la jeune Dame avait été noté sur les personnes qui pouvaient entrer à leur guise et le jeune garde fût rassuré.

la Reyne ? ... petit rire amusé en finissant d'ouvrir... j'ai bien peur qu'elle ne soit point ici sa Majesté, mais le Seigneur est bien là lui.

Il laissa entrer la cavalière et fit signe à son collègue Ernest qui venait de sortir du poste de garde de refermer derrière elle.
Il s'approcha et se plaça devant Etoile, désignant sur la droite un bâtiment bordant un pré.


Le seigneur est aux écuries avec Maurin le palefrenier.
Vous pourrez y laisser votre monture à l'abri.


Il salua la jeune femme et se recula, la regardant s'éloigner puis retourna à ses occupations.


Alienor a écrit:
Ah, c'était concours de grimaces aujourd'hui ? Sourire amusé en observant la mimique du garde ouvrant la grille songeant qu'à ce petit jeu là elle avait quand même une certaine pratique et que par conséquent c'était pas sûr qu'il gagne, tandis qu'elle se redressait et reprenait les rênes en mains avant de faire avancer Etoile, s'engageant ainsi de quelques pas dans l'enceinte.

Pervenches qui embrassent la cour et les bâtiments qui s'offrent à sa vue, s'arrêtant un instant sur celui indiqué par le garde, avant de revenir vers ce dernier.
Et un signe de tête accompagné d'un sourire.


Je vous remercie... un rire léger pour ajouter .... et Etoile aussi, elle a bien mérité de se reposer.

Légers coups de talons sur les flancs de la frisone, la dirigeant donc vers la droite, direction les écuries pour retrouver le jeune seigneur.


Dernière édition par Aliénor le Ven 22 Juil - 2:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Aliénor
Admin
avatar

Messages : 1969
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: "Quand bon vous semble", avait-il dit...   Mar 19 Juil - 11:11

Aimelin a écrit:
[Quelques jours plus tard, apres les joutes de Chaumont]


Les vignes, les bois, les vergers, le domaine, les appartements à faire aménager et veiller à ce que tout soit entretenu, le jeune seigneur ne s'ennuyait jamais lorsqu'il était à Etampes. Dotch lui avait confié ces terres et il en prenait soin comme de la prunelle de ses yeux.
Apres avoir discuté avec le régisseur et l'intendant et s'être assuré que tout allait pour le mieux du côté des vignes qui produirait bientôt de quoi concocter le vin de l'année, il partit pour les écuries.
Il y passait du temps, soignait Altaïr et veillait à ce que les quelques chevaux de traits servant aux travaux des champs ou au débardage soient en pleine forme. Maurin son fidèle Palefrenier veillait au grain, mais le jeune seigneur aimait à s'occuper et lorsqu'il s'agissait d'Altaïr, il se faisait une règle d'or de s'en occuper le plus souvent possible.

Il tenait à garder cette complicité entre lui et cet étalon qui avait partagé tant d'aventures et de voyages.
Vêtu comme à son habitude de simples braies couleur terre et d'une chemise de lain écru, il regardait d'un air amusé le jeune poulain gambader autour de sa mère dans le pré jouxtant les écuries. Mélange d'un demi trait du domaine et d'un frison, l'animal serait sans doute de toute beauté.

Des bruits de sabots venant de la cour et se dirigeant vers les écuries le firent se retourner, clignant un peu des yeux gêné par le soleil à contre face.

L'allure du cheval ne lui était pas inconnue et un sourire éclaira son visage en reconnaissant Etoile que chevauchait la blondinette.
Il se retourna et s'appuya à la barrière de bois, la regardant s'approcher en souriant.

Alienor a écrit:
[Après les joutes de Chaumont, le pré jouxtant les écuries]

Regard observateur et curieux en traversant la cour en direction des écuries où le garde à l'entrée lui avait dit qu'elle trouverait le jeune seigneur, détaillant rapidement les lieux, les constructions, les murs en pierre de taille ; et sourire un brin nostalgique lorsque le souvenir de Tomsz et de sa propension à appréhender les endroits en faisant le compte des pierres lui revint furtivement en mémoire. Le Vicomte, un formidable camarade de jeux pour la fillette d'alors qui ne comprenait pas pourquoi la Dame de Pomponne, sa mère, levait discrètement les yeux vers le ciel en soupirant avec indulgence lorsque son suzerain et sa fille comparaient leur calculs. Un moyen pour le moins original d'apprendre l'arithmétique certes, mais efficace, pourtant.

Pervenches qui dévient des murs, attirées par le pré bordant le bâtiment, où des chevaux s'ébattaient dans l'herbe verte. Un moment d'arrêt pour observer le spectacle, sourire aux lèvres, regard fixé sur un jeune poulain, avant de remarquer une silhouette maintenant familière vers laquelle elle dirigea sa monture, s'arrêtant à quelques pas de la barrière. Le sourire devint franc alors que ses yeux croisaient ceux d'Aimelin, quelques jours de séparation et le plaisir de le revoir.

La blonde adolescente se laissa glisser souplement au sol, et parcourut la distance qui la séparait du jeune homme, tenant Etoile par les rênes. Impatience de retrouver sa proximité, ses bras, mais qu'elle retarde un peu quand même en adoptant un rythme nonchalant, parce que l'attente est délicieuse aussi.

Et petite révérence malicieuse en arrivant à sa hauteur.


Le bonjour à vous, Messire, et grand merci de m'accueillir sur vos terres. De ce que j'en ai pu voir en arrivant, et sans me perdre sur le chemin depuis Troyes ce qui en soit relève de l'exploit, votre domaine a l'air très agréable.

A bien repéré quelques vergers au passage... Se retient d'ajouter combien elle est heureuse de le revoir, se contente de tourner son regard vers le poulain et d'ajouter Il est très beau...


Aimelin a écrit:
[Après les joutes de Chaumont, le pré jouxtant les écuries]


Petit sourire malicieux tandis qu'il la regardait s'approcher d'un pas tranquille. Cela ne faisait que quelques jours qu'ils s'étaient séparés après les joutes de Chaumont, mais il revoyait son joli visage avec toujours autant de plaisir.
Une petite inclinaison du buste en réponse à sa révérence taquine


le bonjour à vous damoizelle et bienvenue au Domaine d'Etampes... un petit sourire à l'allusion de se perdre ... si tu avais continué vers le nord tu serais arrivée à Compiègne d'ici une journée et vers l'Est, à Reims également apres une journée.

Il se mit à rire et regarda Etoile puis sa cavalière. Mirettes grises qui s'étaient arrêtées sur les pervenches avant de suivre leur direction vers le poulain. Une envie de goûter à nouveau ses lèvres mais qu'il retint le temps de lui répondre en laissant son regard repartir vers le pré.

oui il sera magnifique je crois.
C'est la première naissance depuis que je suis là. Il est né au milieu du mois de mai.


Il se tourna à nouveau vers elle et passa dans son dos regardant le poulain.

Mélange d'une jument demi trait et d'un frison appartenant à un marchand de passage... puis de murmurer à son oreille... je suis heureux que tu sois la ... et de lui déposer un baiser dans le cou, nouant ses bras autour de sa taille.


Alienor a écrit:
[Après les joutes de Chaumont, le pré jouxtant les écuries]

Pervenches qui se tournent instinctivement vers le nord, du moins ce qu'elle imagine l'être, et donc vers Compiègne, petite lueur pensive, avant de revenir sur le jeune seigneur, sourire aux lèvres en l'entendant parler du poulain ; serait-ce un zeste de fierté qu'elle entend dans sa voix ? du contentement tout du moins, il semblerait.

La blondinette le suivit des yeux, mordillant sa lèvre, alors qu'il se rapprochait pour se placer derrière elle, puis reporta à nouveau son regard vers le pré. Frémissement le long de son échine à sentir la proximité de son corps dans son dos, son souffle sur sa nuque alors qu'il lui murmurait quelques mots qui la firent sourire, la douceur de ses lèvres dans son cou, la chaleur de ses bras autour de sa taille. Mains posées sur les siennes, doigts croisés avec les siens.

Elle pencha la tête vers l'arrière jusqu'à la poser sur l'épaule du jeune homme, glissant ses lèvres vers son oreille pour lui répondre en retour dans un sourire
et je suis heureuse d'y être. Un instant à laisser son souffle caresser la joue à portée de sa bouche légèrement entrouverte avant de se redresser pour se tourner vers lui, ne pouvant plus retenir son envie de savourer ces lèvres qui lui avaient manquées ces derniers jours. Moment que choisit la frisone, visiblement fâchée d'être oubliée, pour s'ébrouer, détournant par ce mouvement l'attention de la blonde adolescente qui n'avait pas lâché les rênes.

Regard légèrement contrarié en direction de la jument, son nom prononcé comme un reproche -c'est vrai quoi, elle aurait pu attendre un peu avant de se rappeler à elle !-
Etoile !!! avant de plonger ses pervenches dans les mirettes grises, avec une petite moue affichée sur le visage. Je crois que cette demoiselle a envie qu'on la desselle pour aller gambader avec ses congénères.

Soupir retenu, pour le baiser, la visite et tout le reste, faudra attendre un peu.


Aimelin a écrit:
Doux parfum de la blondinette dont il ne se lassait pas, et douceur de sa peau qu'il avait appris à découvrir et à apprécier sous cette tente à Chaumont. Douceur également de ses lèvres qui vinrent frôler sa joue éveillant en lui quelques frissons fort agréables tandis qu'il souriait ne lâchant les chevaux des yeux que lorsque Aliénor bougea pour se mettre face à lui, approchant ses lèvres des siennes. Il allait les prendre avec bonheur et envie lorsque la frisonne se manifesta et détourna l'attention de la jeune fille.

Il tourna lui aussi son visage vers la jument avant de revenir dans les pervenches, un sourire amusé sur les lèvres. Regrets d'un baiser qu'il faudrait attendre mais ils avaient tout leur temps ici et ils pourraient profiter d'eux autant qu'ils le voudraient après.


oui, libères là et laisses la rejoindre les autres.
Maurin le palefrenier s'occupera d'elle avec les autres chevaux si tu le veux


Petit regard taquin en déposant un baiser léger sur ses lèvres.

Ensuite je te ferai visiter et te conduirai à tes appartements pour que tu puisses t'installer et te mettre à l'aise.
Jeanne va se faire un plaisir de préparer des repas pour d'autres personnes.
Elle adore cuisiner et souvent râle de ne pas me voir manger énormément lorsque je suis occupé à travailler.


Il libéra la jeune blondinette de l'étreinte de ses bras à regrets pour la laisser s'occuper de frisonne, tout en faisant signe à Maurin de veiller sur la jument.

je pense aussi que tu ne vas pas tarder à faire connaissance d'Angelle. Elle était en train d'aider Gustave à ramasser quelques fruits dans le verger derrière les écuries.

La fillette ne restait jamais longtemps sans donner signe de vie à Aimelin lorsqu'il était au domaine et serait sans doute heureuse de voir à nouveau une princesse. Elle lui demandait souvent si des princesses allaient venir depuis que Dotch était venue lui rendre visite, et elle n'allait pas se gêner pour jouer sa curieuse avec Aliénor.

Alienor a écrit:
Regards plongés l'un dans l'autre, petite lueur de regret et sourire à l'unisson du sien. Elle serait bien restée comme ça, dans ses bras, mais la frisone ne l'entendait visiblement pas ainsi. Mais après tout, autant s'affranchir maintenant de l'intendance due à son arrivée, pour mieux profiter l'un de l'autre par la suite.

Ma foi, puisque tu as quelqu'un pour en prendre soin, j'accepte bien volontiers, du moins quand je ne m'en occuperai pas moi-même.

Etoile était davantage que sa monture, même si elle ne la possédait que depuis quelques mois, elles avaient déjà partagé de nombreux moments, parcouru de nombreux chemins ensemble. Petite pensée rapide en se demandant si ce n'était pas d'ailleurs ça qui faisait que la jument se comportait parfois comme une enfant gâtée demandant de l'attention, avant de songer qu'elle avait vraiment parfois des idées un peu farfelues.

Un sourire au contact de ses lèvres sur les siennes, aussi léger soit-il, avant qu'une lueur espiègle ne brille dans ses pervenches alors qu'il évoque la suite du programme.


Hm... mes appartements... j'espère que tu y as fait installer un baquet, après tout, tu n'es pas arrivé en finale aux joutes de Chaumont.

Petit sourire malicieux, rappel du petit marché qu'ils y avait fait. Elle devait lui servir d'écuyère s'il arrivait en finale, il devait lui apporter l'eau chaude pour qu'elle puisse prendre un bain dans le cas contraire. Il n'avait passé qu'un seul tour, malgré cela elle l'avait aidé à se défaire de sa brigandine, mais il n'avait pas rempli sa part du pacte. Et pourtant, l'idée avait bien amusé la blondinette, de le découvrir dans un rôle qu'elle ne lui connaissait pas, celui de porteur d'eau. A sa décharge, elle devait bien avouer qu'ils s'étaient quelque peu attardés à d'autres découvertes au moins tout aussi agréables sinon davantage et que par conséquent le temps leur avait manqué pour ça.
Mais il n'empêchait, il le lui avait promis, elle ne laisserait pas passer l'occasion !

Et juste avant qu'il ne relâche son étreinte, elle approcha à nouveau ses lèvres de son oreille, et un murmure en réponse à ses dernières paroles.


Et bien, pour ne point fâcher Jeanne, j'espère que tu ne travailleras pas trop, et que l'appétit ne te fera pas défaut...

Ceci dit, elle avait aussi apporté un peu de travail, quelques recherches à faire, éventuellement quelques blasons à dessiner aussi, histoire de pouvoir continuer à se consacrer à sa charge de poursuivant d'armes lorsqu'il serait occupé à gérer son domaine.
Sans quitter son sourire, la blondinette se rapprocha d'Etoile et entreprit de décrocher ses fontes, avant de détacher la sangle de la selle, interrompant son geste pour se tourner vers le jeune homme, sourcils froncés en signe d'interrogation.


Angelle ?

il ne lui semblait pas qu'Aimelin l'ait déjà mentionnée, ou alors elle n'en avait pas gardé le souvenir. En fait, à y bien songer, lorsqu'il avait évoqué Etampes, il avait surtout décrit les lieux, davantage que les personnes qui y vivaient. Il lui avait parlé de Gustave, ça elle s'en souvenait, elle avait réussi à mettre une fonction sur les autres personnes dont il venait de prononcer le nom, sauf sur celui-là. Curiosité en éveil !

Aimelin a écrit:
Petite lueur amusée à l'allusion au baquet.

mais rassures toi tu y auras droit à tes sceaux d'eau pour le bain, je n'ai qu'une parole.

Il la regardait en riant, se disant qu'elle n'oubliait rien et s'amusait à la taquiner faisant mine de ne plus penser à leur pacte, ce qui bien sûr ne risquait pas d'arriver. Un petit sourire rassurant.

Je n'ai pas l'intention de travailler et te laisser. Je m'occupe juste de superviser où j'aide si je n'ai rien à faire.
Je m'occupe surtout d'Altaïr ou des chevaux. Je dois d'ailleurs vérifier quelques fers je préfère le faire moi même lorsque j'ai le temps, ça m'a toujours passionné.
Mon oncle était forgeron ça me rappelle un peu le pays.


Un baiser avant de reculer.

oui je mangerai.
L'appétit ne me fait pas défaut ici, Jeanne et Gustave sont un peu mes parents d'adoption.


Tout en lui parlant il la regardait s'occuper d'Etoile et lui désigna l'étage qui surplombait les écuries et la salle d'armes, d'où l'on accédait par un escalier extérieur ou une porte qui donnait directement dans les escaliers menant aux étages.

j'ai fait aménager mon bureau au dessus des écuries.
Si tu as besoin tu y viens.


Il laissa son regard partir vers le pré observant le jeune poulain qui gambadait autour d'Altaïr qui semblait vouloir s'amuser et il partit dans ses pensées quelques instants. Il regardait l'étalon et ne pouvait imaginer sa vie sans lui. Combien de nuits ou de siestes avaient ils partagés dans les écuries ou la campagne.

Angelle ?

La voix interrogative de la jeune femme lui fit tourner la tête tandis qu'il réfléchissait. Peut être ne lui avait il jamais parlé de la fillette. Il en avait parlé à Terwagne qui s'était intérroger sur cette fleur qu'il tenait précieusement à son retour d'Etampes avant Chaumont, mais ne se souvenait plus s'il en avait parlé à la blondinette.
Il prit le parti de la taquiner et de rester vague.


mmm ? oui une jeune fille qui a été recueillie par Gustave à la mort de ses parents et qui depuis vit avec lui et Jeanne..
Jeanne tenait mon auberge à Pau et je lui ai proposé de venir s'occuper des cuisines d'Etampes.
Elle aide Jeanne ou Gustave et adore venir s'occuper des chevaux avec Maurin.


Tout en lui offrant un petit sourire taquin, il s'avança vers elle et une fois qu'elle eût fini de détacher les sangles, s'empara de la selle qu'il prit à bras le corps.

on va la mettre à l'abri

Il fit les quelques pas qui les séparaient des portes et déposa la selle sur les supports prévus dans une petite salle qui abritait selles et harnachements divers, ainsi que le matériel pour soigner les chevaux.
Il désigna Maurin qui finissait de soigner un demi trait et lui fit un petit salut de la main


ici tu trouveras tout ce dont tu as besoin, sinon tu demandes au chef là bas.

Alienor a écrit:
Les sourcils, de froncés qu'ils étaient, se haussèrent à entendre le jeune seigneur parler d'Angelle. Une jeune fille, quel âge pouvait-elle bien avoir, c'était très imprécis. Les pervenches plongèrent dans les mirettes grises pour y découvrir une petite lueur taquine. Ah, il veut jouer, alors soit, jouons !
Voix nonchalante et la même lueur dans le regard pour lui répondre.


Une jeune fille, vraiment ? C'est bien, un peu de jeunesse est toujours agréable dans une demeure, comme lorsque la chaleur nous assomme en plein été et qu'un peu de fraîcheur nous redonne le courage de faire ce que nous avons à faire.

Petit sourire en songeant à ses amies. Du petit groupe, des "trois grâces" comme elles aimaient à s'appeler modestement entre elles, elle était la plus jeune, et pourtant elle se sentait parfois la plus mure de toutes. Lanna avait six mois de plus qu'elle, Coline un an et demi, mais Aliénor était parfois en décalage de leurs aspirations. Ses amies rêvaient du prince charmant, d'un beau mariage, de fonder une famille, la blondinette elle était plus pragmatique. Sans doute ce qu'elle avait vécu, et savoir que les contes de fées étaient rares, si rares ; que la fin de ces histoires occultait souvent des épreuves à traverser et qu'il valait mieux profiter pleinement de ce qu'on vous offrait maintenant que d'attendre en vain ce qui ne viendrait peut-être jamais.
Malgré cette différence dans leur façon d'appréhender leur vie, il y avait une forte amitié entre les trois jeunes filles, plaisir à partager des moments ensemble et à faire les bêtises des adolescentes de leur âge. D'ailleurs, il faudrait qu'elle leur écrive pour prendre de leurs nouvelles, il y avait déjà bien trop longtemps qu'elles ne s'étaient vues, au moins une dizaine de jours!

En même temps que ses pensées s'étaient éloignées vers ses amies, la petite blonde avait dégagé la têtière et ôté le filet de la tête d'Etoile, en prenant soin de dégager le mors avec précautions. Aimelin avait déjà retiré la selle du dos de la frisone, qu'elle dirigea vers le pré
Allez ma belle, va t'amuser, mais sois sage !
Petit sourire en songeant qu'elle lui faisait les mêmes recommandations qu'une mère à son enfant, avant de rejoindre d'un pas rapide le jeune homme dans les écuries.

Filet accroché près de la selle, regard qui se porte vers le palefrenier à qui elle adressa un salut de la tête accompagné d'un franc sourire, avant de revenir vers Aimelin.


Je demanderai au chef si besoin, d'accord ! Puis de glisser son bras sous celui du jeune homme. Je récupère mes fontes que j'ai laissées en bordure du pré, et je suis à toi pour la suite.

Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Aliénor
Admin
avatar

Messages : 1969
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: "Quand bon vous semble", avait-il dit...   Jeu 21 Juil - 2:51

Maurin a écrit:
[Pendant ce temps, non loin de là dans les écuries]


Les litières avaient été nettoyées, l'eau surveillée, et les chevaux mis au pré ce qui laissait le palefrenier satisfait du travail. La belle saison permettait de pouvoir s'occuper des écuries sachant les chevaux dehors.
Un regard vers la porte en entendant des éclats de voix. Non qu'il ne reconnaissait pas celle du jeune seigneur, mais la voix féminine l’intriguait et il observa la nouvelle arrivante d'un air curieux.

Jeune femme blonde, plutôt jolie de ce qu'il pouvait en voir de loin et vu son oeil connaisseur. Mais jeune femme amie du Seigneur de toute évidence donc à ne pas toucher. Si Maurin était un jeune gars qui ne sourcillait pas pour séduire à tout va il savait les limites à ne pas franchir au domaine, concernant les invitées, surtout celles semblant proches du maitre.

Un regard vers le pré pour apercevoir la nouvelle venue au milieu des bêtes du domaine. Belle frisonne qui semblait déjà à l'aise et un regard vers le poulain en songeant que la petite angelle n'avait toujours pas choisi un nom.

Non qu'elle n'en trouve pas, elle en trouvait bien trop au contraire et changeait régulièrement d'idées ce qui faisait que le jeune poulain s'appelait : petit cheval .. pour le moment.

Un salut de la tête aux deux jeunes gens lorsqu'il les vit regarder dans sa direction.

Angelle a écrit:
Aiiiiiiiiimmmmmme !!! c'est à qui le cheval qui joue avec Alt...

La fillette s'arrêta net en entrant dans l'écurie, et par la même occasion, stoppa net sa question au jeune seigneur. Un regard curieux vers Aliénor puis un regard vers Aimelin avant de s'approcher de lui et de tirer doucement sur sa chemise pour qu'il se baisse à sa hauteur et pouvoir lui murmurer.

c'est qui la dame ? une princesse ?

Elle pencha la tête pour pouvoir regarder à nouveau la jeune femme et afficha un sourire timide, toujours accrochée au vêtement de lin. Surprise par sa présence, elle était un peu prise au dépourvu et essaya de se rappeler ce que lui avait dit son ami sur la visite d'une jeune personne qui devait venir.

Le cheval était sûrement à elle et s'il était avec les autres c'est que la dame restait et que donc c'était une princesse qui connaissait Aimelin. Elle fit une moue perplexe attendant sa réponse, sans quitter la jeune femme des yeux.


Aimelin a écrit:
Et je suis à toi pour la suite ... voila une petite phrase qui entrainait joliment les pensées du jeune homme tout en regardant Aliénor en souriant. Juste quelques mots qui faisaient défiler devant ses yeux des images de leur nuit dans cette tente à Chaumont et qui le laissèrent rêveur quelques secondes le temps de se diriger vers la porte des écuries.

- à moi pour la suite... voila qui est intéressant belle da......
- Aiiiiiiiiimmmmmme !!! c'est à qui le cheval qui joue avec Alt...

Petit sourire en voyant Angelle entrer dans l'écurie et arrêter sa course en les regardant curieuse. Elle surprit Aimelin en l'attirant vers elle pour chuchoter.
La gamine était plus à l'aise avec les personnes du domaine et il fallait bien l'avouer faisait tout pour que chacun fasse ses quatre volontés. Non par esprit malsain, mais tout simplement parce qu'elle était adorable et mettait de la vie partout où elle passait.
Maurin avait beau râler qu'elle était toujours dans ses jambes, il n'était pas peu fier de lui apprendre à s'occuper des écuries, ce qui ravissait le jeune seigneur qui veillait d'un oeil sur les vagabondages de la petite dans le domaine.


- c'est qui la dame ? une princesse ?

Un petit sourire amusé en la regardant puis son regard se porta sur Aliénor tandis qu'il passait machinalement une main dans les cheveux de la fillette.

- je te présente Angelle... regard vers la dite Angelle... je te présente Aliénor.. je vois que tu as aperçu sa jument. Elle se prénomme Etoile c'est une jeune frisonne, comme le père de notre poulain.

Regard amusé... il faudra lui trouver un nom n'oublies pas, parce que petit cheval c'est assez vague non ?

Un rire avant de regarder Aliénor.

- et si tu as besoin, tu peux aussi compter sur Angelle pour te guider ou te renseigner.
Elle connait les moindres recoins du château et du domaine.


Alienor a écrit:
Tornade brune en entrée dans les écuries et s’arrêtant net, provoquant un mouvement de surprise de la blondinette. A se demander qui était la plus étonnée pour le coup, du petit bout de femme qui ne s’attendait pas à la voir, ou de l’adolescente, qui ne s’en doutait pas non plus.
Et lueur amusée dans les pervenches qui croisent les prunelles timides et curieuses de la fillette.

Présentations faites, et Aliénor put enfin mettre un visage sur un nom. Une jeune fille avait-il dit… hmpf, pas bien grande la jeune fille. Quel âge pouvait-elle donc avoir ? Un peu plus que son frère, ou encore qu’Anthonin, son petit cousin, sans doute. Mais pas tellement plus. 5, 6 ans vraisemblablement.
Quoi qu’il en soit, Aimelin l’avait taquinée sur le sujet tout à l’heure en parlant d’une jeune fille, il ne perdrait rien pour attendre !

Mais pour l’instant, c’est un franc sourire qui s’affiche sur le visage de l’adolescente pour s’adresser à la fillette.


Alors c’est toi Angelle ? Justement Aime me parlait de toi !

Aliénor lâcha le bras du jeune homme et s’accroupit pour faire face à Angelle, mains posées sur les genoux et lueur pétillante dans le regard, du même geste que faisait sa mère lorsqu’elle était enfant pour mettre son visage à sa hauteur. Plus facile pour parler, pour obtenir sa confiance aussi, se mettre au niveau de son interlocuteur.

Je suis enchantée de faire ta connaissance, petite demoiselle… Cette expression qui lui vient comme un réflexe tant elle l’a entendue la concernant, venant de ses proches. Petite demoiselle pour Ysabault, pour son parrain et sa marraine, petite princesse de ses parents et de Chelles…
Un sourire nostalgique sur les lèvres, puis elle reprit
Tu peux m’appeler Alie, si tu veux, c’est comme ça que me nomment mes amis avant d’enchaîner à voix plus basse et sur un ton qui se veut complice, sourire espiègle sur les lèvres Alors comme ça tu connais tous les recoins d’ici ? Il faudra me les montrer alors, surtout s’il y a des cachettes et des endroits secrets, j’adore ça ! Tu seras ma guide, tu veux bien ?

Aliénor se redressa sans la quitter des yeux, avant de lui adresser un clin d’œil. Puis de se tourner vers Aimelin en riant Et bien, je vois que tout est sous bonne surveillance, rien n'échappe à cette petite demoiselle !

Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Aliénor
Admin
avatar

Messages : 1969
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Re: "Quand bon vous semble", avait-il dit...   Jeu 21 Juil - 15:53

Angelle a écrit:
La chemise d'Aimelin était solide et c'était tant mieux car Angelle s'y était agrippée et ne la lâchait pas, observant la jeune femme blonde.

- Alors c’est toi Angelle ? Justement Aime me parlait de toi !

Un petit sourire timide et une petite lueur de fierté dans le regard avant de se décider à ouvrir enfin la bouche, une fois la surprise passée.

- moui.. chuis Angelle ... avec deux "ailes" comme les anges

Avant de rire aux éclats comme souvent lorsqu'elle disait cela. Elle planta ses noisettes dans les pervenches qui s'étaient mises à sa hauteur et laissa sa main lâcher la chemise du jeune homme pour se pencher à l 'oreille d'Aliénor en mettant ses deux mains en porte voix pour lui parler à voix basse.

oui je connais beaucoup partout puis même que parfois je me cache pour pas qu'Aime y me trouve de suite.

Elle recula et regarda le jeune seigneur avec une petite lueur espiègle dans le regard et reprit une voix normale.

- Alie c'est une princesse aussi ? comme ta "su reine" qu'a des jolis yeux ? petit regard vers la blondinette tes yeux sont comme l'eau de la rivière qui passe là bas ... bras qui se tend pour désigner au dehors .. on pourra aller se baigner dis ? puis tu pourras m'aider à m'occuper des chevaux aussi

La fillette laissait son regard pétillant aller de l'un à l'autre, trop heureuse d'avoir une dame qui semblait moins grande que les autres, peut être comme Camille ou Blanche qui aidaient Jeanne.


Aimelin a écrit:
Sourire en voyant Aliénor se présenter à Angelle et rire avec la fillette lorsqu'elle sortit sa petite expression favorite, comme à chaque fois qu'elle se présentait à quelqu'un. Petite moue curieuse en la voyant se pencher répondre à Aliénor tout en se disant qu'une femme de plus au domaine allait encore accentuer les complicités de la fillette. Elle ne se gênait déjà pas de taquiner Aimelin avec Jeanne ou les gens de maison, mais il sentait bien que là, il n'aurait certainement pas le dessus.

- Alie c'est une princesse aussi ? comme ta "su reine" qu'a des jolis yeux ?
- ma su-ze-raine ... mmm peut être que c'est une princesse oui ... demandes lui
...

Petit air amusé aux paroles d'Angelle tout en l'observant... elle avait perdu sa timidité pour devenir un petit moulin à paroles et le jeune ébouriffé était heureux.
Cette gamine l'avait aidé à rire lorsqu'il l'avait rencontré à Pau, et depuis elle était son petit rayon de soleil celle qui lui rappelait qu'il faut toujours se battre et avancer.

Un petit regard vers Angelle avant de revenir sur Alie.


- oui le domaine est son terrain de jeu, son chez elle.
Je veille aussi à ce qu'elle apprenne un maximum de chose le concernant. Elle s'intéresse à tout avec un enthousiasme contagieux bien souvent.


Sourire à la petite en passant sa main sur ses cheveux et lui disant à mi voix.

va prévenir Jeanne que nous serons une personne de plus s'il te plait.

Avant de revenir fixer les deux pervenches en souriant.

- je crois qu'elle ne te laissera pas t'ennuyer


Angelle a écrit:
- su-ze-raine .. moui... petite moue ... ben c'est pareil puis l'a des yeux qui sont jolis aussi... regard qui revient sur la jeune fille... t'es une princesse ? Aime y dit que les Princesses elles ont des cheval.. chev.. chevaux .. puis qu'elles vivent dans des châteaux comme c'uila.

Doigt qui montre au dehors la bâtisse que l'on aperçoit.

mais jamais y l'a dit à des Princesses de vien.. venir.
Puis sa su-ze-raine
.. elle appuya chaque syllabe .. chouis sûre que c'est une princesse mais y veut pas me le dire parce que toujours il me fait des farces.

Rires enfantin qui reprit tandis qu'elle faisait une petite grimace au jeune gars qui la regardait en riant.

puis même toi chuis sûr t'es un prince parce que les princes dans les histoires z'ont un cheval, y sont beaux puis y sont gentils... petite réflexion elle oublait quelque chose ... et pi savent aussi se battre sont trop forts !

Elle affichait un grand sourire, toute contente de se rappeler ce que lui racontait Gustave sur les princes et les princesses.

- va prévenir Jeanne que nous serons une personne de plus s'il te plait.
- oui j'y vais puis comme ça elle fera encore plein des gâteaux


Alienor a écrit:
- moui.. chuis Angelle ... avec deux "ailes" comme les anges

Rire qui accompagne ceux d'Aimelin et d'Angelle dont la spontanéité n'est pas sans lui rappeler l'enfant qu'elle était il n'y a finalement pas si longtemps. Spontanée, mais aussi un peu réservée en public. Et maladroite, tellement maladroite. Souvenir de la cérémonie d'ennoblissement de sa marraine, lorsqu'elle s'était retrouvée juchée sur la table de la grande salle de Pomponne en compagnie d'Oksana et qu'elle avait fait tomber le présent de la future suzeraine à sa vassale. Une maladresse parmi tant d'autres !

Comme les anges, c'est vrai avant d'afficher une petite moue hm, il n'y en a qu'une dans mon prénom, je ne dois pas être un ange alors !

Et après avoir levé la tête vers Aimelin pour lui adresser un sourire malicieux, elle répondit à la confidence d'Angelle sur le même ton, adoptant instinctivement la même posture. Oooh, des cachettes, vraiment ? Si tu veux bien me les faire découvrir, ça m'intéresse d'en connaître quelques unes...

La blondinette écouta amusée l'échange qui suivit, elle découvrait une nouvelle facette du jeune homme à travers la tendresse qui le liait à l'enfant. Et sourire sur les lèvres à l'évocation de la couleur de ses yeux.

On ira se baigner, oui ! Tu sais que... j'allais nager dans la même rivière, plus en aval, quand j'avais ton âge... des mots retenus, ce n'était ni le moment ni le lieu d'évoquer ces souvenirs c'est très agréable d'aller nager en cette période de l'année. Et puis je t'aiderai avec les chevaux, de toute façon il faut bien que je m'occupe d'Etoile, elle n'aime pas quand je la délaisse trop longtemps.

Pervenches souriantes sur la fillette. Elle ne lui proposera pas de monter sa jument, pas tout de suite du moins, tant qu'elle ne connaîtra pas ses talents de cavalière. Si la frisone était d'un naturel calme, il n'en demeurait pas moins qu'elle possédait la personnalité de sa race et qu'elle pouvait parfois se montrer têtue. Et Aliénor ne voulait pas promettre tant qu'elle n'était pas sure que la fillette ne se ferait pas surprendre par une réaction inattendue.

Regard amusé qui croise celui d'Aimelin, acquiesçant du chef à ses paroles avant de revenir sur Angelle. Et petite hésitation à la question, était-elle une princesse ? La fillette était à l'âge où l'on aime et où l'on a besoin de croire aux histoires de princes et de princesses, et la blondinette devrait veiller à ne pas balayer ses rêves et ses illusions, la réalité viendrait bien assez vite.


Hm... j'ai bien un cheval, mais je n'habite pas de château pas encore tout du moins donc j'ai bien peur de ne pas en être une. Ou alors une demi-princesse, seulement Un rire, en songeant qu'elle avait aussi été une demi-écuyère le temps d'un retour de joutes, et un sourire malicieux en direction du jeune seigneur.

Je crois qu'effectivement mes journées seront bien occupées avec Angelle ! Se retient de dire devant l'enfant Du moment qu'il nous reste aussi du temps pour nous...

Elle suivit un instant du regard la fillette qui s'éloignait, avant de se tourner vers Aimelin pour lui faire face, passant ses bras autour de sa taille, une lueur espiègle dans ses pervenches.

Hm... un prince avec un cheval, beau, gentil et fort... Y'a t'il d'autres choses que je doive découvrir, mon preux chevalier ?

Aimelin a écrit:
Amusé il suivait les échanges entre Aliénor et Angelle et regarda la fillette s'éloigner en sautillant en murmurant ... un rayon de soleil... puis reporta ses mirettes grises sur la blonde jeune femme qui se tournait vers lui en l'encerrant de ses bras.

Hm... un prince avec un cheval, beau, gentil et fort... Y'a t'il d'autres choses que je doive découvrir, mon preux chevalier ?

Il fronça les sourcils en faisant mine de réfléchir.

mmm.. pour l'instant ce sera tout. Point trop n'en faut. A toi de découvrir les autres choses belle damoiselle.

Et d'éclater de rire en lui déposant un baiser avant de lui confier.

je te raconterai l'histoire d'Angelle.
Mais ce que je peux te dire c'est que depuis que nous nous sommes trouvés, nous avons retrouvé le sourire elle et moi.
Tu verras c'est un petit rayon de soleil qui est là, qui passe, sans pour autant déranger ma vie.
Et tu te rendras compte de la volonté qu'elle a malgré ses six années.


Regard vers le château dans lequel la fillette était entrée... je n'aimerais pas qu'on lui fasse du mal. ... avant d'ajouter en regardant la blondinette.... je te conduis à tes appartements ? tu as peut être envie de poser tes affaires et faire connaissance avec ton chez toi.

Un sourire en plongeant dans ses pervenches avant de l’entraîner vers la bâtisse en la tenant par la taille.

Alienor a écrit:
Hochement de la tête en l'écoutant parler d'Angelle. La fillette semblait vive, enjouée, et la blondinette imaginait déjà les moments qu'elle pourrait passer avec elle. Elle n'avait jamais été vraiment à l'aise avec les enfants, il y avait toujours eu une distance entre son frère et elle, sans doute parce qu'ils ne partageaient pas les mêmes souvenirs. Quand à sa rencontre avec Anthonin, elle l'avait troublée, la surprise de découvrir un membre de sa famille champenoise qu'elle ne connaissait pas, et elle n'avait su alors comment se comporter.

Mais là, étonnamment, face à Angelle, le contact était passé naturellement. Sans doute était-ce dû au caractère de la fillette, ou alors de cette reconnaissance que peuvent avoir entre eux les êtres qui ont souffert. Après tout, si elle avait perdu le sourire à un moment de sa courte vie, comme l'exprimait Aimelin, peut-être y avait-il au fond d'elle, comme chez Aliénor, cette fêlure, cette blessure si difficile à cicatriser de ceux qui ont vécu des évènements difficiles.

Regards qui se croisent à nouveau et un sourire alors qu'il ne lui laisse pas le temps de lui répondre à sa question, l'entraînant vers le château. Sourire qui s'élargit à devenir un rire franc.


Attends !

Elle se dégagea doucement du bras autour de sa taille et se dirigea en courant vers la bordure du pré. Pervenches qui suivent un instant Etoile en train de s'ébattre avec les autres chevaux du domaine, avant que la jeune fille ne se penche pour se saisir de ses fontes qu'elle avait laissées à cet endroit et qu'elle passa sur son épaule avant de revenir avec Aimelin, glissant sa main dans la sienne.

Voila, je ... suis à toi... non ça elle l'avait déjà dit te suis. Petite lueur taquine avant d'ajouter Si Messire le Seigneur des lieux veut bien me montrer mes appartements, je pourrai de la sorte m'y mettre à l'aise.

Et de l'accompagner en souriant vers la bâtisse.
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Quand bon vous semble", avait-il dit...   

Revenir en haut Aller en bas
 
"Quand bon vous semble", avait-il dit...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand dites-vous?
» Quand faites-vous le plus gros du ménage de vos plate-bandes
» Où et quand lisez-vous ?
» Quand rentrez-vous vos plantes?
» Quand avez vous débuté dans l'élevage?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RP d'ici et d'ailleurs :: RP Archives 1459- :: Année 1459-
Sauter vers: