AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Joutes de Chaumont - Lice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aliénor
Admin


Messages : 1966
Date d'inscription : 02/03/2011

MessageSujet: Joutes de Chaumont - Lice   Ven 17 Juin - 17:41

Huitièmes de finale

Aimelin a écrit:
Spoiler:
 
[Huitièmes de finale]


Ses protections renvoyant quelques reflets de soleil, l’étalon piétinait le sol de l’avant lice où se tenaient les jouteurs. Le cavalier en selle ne semblait pourtant pas gêné par son impatience et ne bougeait pas, son regard gris porté au loin vers la lice, ses mains jouant machinalement avec les rênes qu’il maintenait à peine, son écus accroché à son bras gauche. Quelques secondes, son regard abandonna la lice pour se fixer sur le petit rayon de soleil qui jouait sur sa main faisant voleter ses particules de lumière. Deuxième porte bonheur peut être pensait il en souriant, ses pensées tournées vers les moments qui avaient précédé sa venue en lice.

Le brouhaha autour de lui et l’appel de son nom le ramenèrent à la réalité. Apres un regard à son bacinet, il le posa sur sa tête et mit l'imposant mérens à robe sombre en marche, pour le faire mettre en place en bout de lice, après avoir attrapé la lance que lui tendait un valet.
Un regard vers les tribunes pour y chercher ses amis et les yeux pervenches, avant d'indiquer à Minerve d'un mouvement de tête qu'il était prêt.

Rester léger sur son étalon, lui effleurer à peine les flancs de ses cuisses juste pour qu'il sente qu'il faisait corps avec lui, lui donner l'impulsion du départ, et se concentrer sur l'écus adverse qui fondait sur lui. Galop rapide comme à chaque fois qu'Altaïr laissait parler sa fougue et lance que le jeune seigneur abaissa quelques secondes avant de la voir se briser sur le bouclier de son adversaire.

Un léger mouvement de l'épaule pour accentuer la pression et faire choir le Duc sur le sol, avant de ralentir la course de l'étalon pour lui faire contourner la lice et revenir au trot vers son adversaire. Un salut de la tête après avoir enlevé son bacinet et s'être assuré que le Duc n'était pas blessé.


merci pour cette joute votre Grâce.

Un regard et un sourire en direction de celle pour qui les sceaux d'eau chaude n'étaient pas encore pour tout de suite, avant de filer vers la sortie. Le temps de laisser Altaïr dans un coin d'ombre, il voulait assister au passage de Célénya.

Alienor Vastel a écrit:
[Dans les tribunes]

La terre exhalait déjà la douce chaleur du soleil de cette belle matinée qui allait voir se dérouler les huitièmes de finale du tournoi de Chaumont, lorsque la blonde adolescente se glissa dans les tribunes après avoir laissé Aimelin avec les autres jouteurs. Essayant pour une fois de n'écraser aucun pied -exercice ô combien difficile pour elle- elle alla s'asseoir en bonne place pour assister aux duels qui allaient se tenir.

Une main en visière au dessus de ses yeux, elle laissa son regard balayer la lice qui attendait le premier duel de la journée avant de le porter vers les jouteurs qui s'annonçaient, pervenches attentives et intéressées. Bruit sourd d'une lance qui se brise, et de la chute des corps emprisonnés dans leur carcan de métal sur la terre. Et petite moue, pas à dire, ça l'impressionnait toujours.

Le temps aux premiers de se retirer de l’arène, et deuxième duel annoncé. Aliénor sourit lorsque le seigneur d'Etampes prit place, petite fierté à lui voir si belle allure campé sur Altaïr, sourire qui se prolonge lorsqu'il tourne la tête vers les tribunes. L'a t'il vue au milieu des autres spectateurs ? En même temps ce n'était pas anodin si elle avait choisi une robe de couleur rouge ce matin-là.
Pensées dirigées vers lui, qu'il se concentre, et surtout, surtout qu'il ne se blesse pas... Il lui avait dit de ne pas s'inquiéter, mais l'inquiétude n'est-elle pas de ces sentiments que l'on a parfois du mal à raisonner ?

Corps penché en avant comme pour mieux s'imprégner de la suite des évènements, blondinette tendue comme la corde d'un arc, mains crispées sur le rebord du banc sur lequel elle est assise alors que le signal du départ est donné, en même temps que les chevaux s'élancent sous l'impulsion donnée par leur cavalier, soulevant la terre de leurs sabots dans leur galop rapide. Et yeux fermés... non, finalement grands ouverts pour voir son preux chevalier briser sa lance et faire chuter son adversaire.
Souffle qui revient alors même qu'elle ne s'était pas aperçue qu'elle avait cessé de respirer un court instant. Et soupir de soulagement qui s'échappe de ses lèvres sur lesquelles le sourire est revenu.

Regards et sourires échangés, elle adressa un signe de la tête radieux à l'intention du vainqueur. Une bonne chose de faite, il avait passé ce tour. Même si cela signifiait que les termes du petit marché qu'ils avaient passé ne serait pas réalisés de sitôt, dans un sens ou dans un autre.

L'adolescente se détendit et se redressa, le suivant du regard alors qu'il s'éloignait. Elle irait le féliciter tout à l'heure, pour l'instant le tournoi continuait, et elle entendait bien en profiter en accordant une attention particulière aux duels auxquels prendraient part le Duc de Sedan puis Célénya.

Ana.Lise a écrit:
[Entre campement et tribune]

La douceur de cette journée de printemps se faisait déjà sentir. Ana.Lise avait quitté le château pour venir tenir compagnie à son époux qui avait élu domicile le temps du tournoi dans un campement qu’Arthéos et quelques membres du personnel avaient installé. Heureuse de cet évènement qui avait pris vie à Chaumont après toutes les tourmentes qui avaient vu le jour dans leur vie, la duchesse se faisait une joie de voir du monde sur leur terre. Et Ana avait déambulé un moment aux travers des différents campements afin d’observer les premiers candidats qui s’étaient affrontés lors des éliminatoires.

Si la jeune femme avait émis l’envie de jouter elle-même il y avait de cela quelques semaines auparavant, elle avait dû abandonner son projet face à la gravité des blessures dont elle se remettait doucement. Son corps ne demandait qu’à vivre et à se fortifier mais la dame ne voulait pas bruler les étapes. La vie était trop précieuse pour s’oublier et faire n’importe quoi aussi prenait-elle son mal en patience surtout depuis que son duc d’époux lui avait promis de participer lui-même au tournoi qui se ferait chez eux. Pas peu fière de cette décision, Ana frémissait d’impatience maintenant qu’elle savait que son cœur vibrerait sous les rencontres que son époux ferait.

Mais le temps continua sa course à travers l’infini et une voix appela le duc. Prenant une profonde inspiration, Ana observa son époux à la dérobée. Il était déjà loin d’elle à s’harnacher afin d’être fin prêt pour ce face-à-face qui allait avoir lieu. Et la duchesse qui allait partir vers les tribunes afin de prendre place au milieu des visiteurs qui étaient eux aussi venus acclamer l’un des leurs fit demi-tour alors que Ghost allait monter sur son cheval. Posant une main sur son avant bras comme pour le retenir un peu plus, elle lui offrit un de ses sourires confiants qu’elle aimait lui adresser pour lui dire tout ce qu’elle pensait de lui puis délicatement, la duchesse défit le ruban de soie rouge sang qu’elle avait mis au bout de sa natte afin de ne pas l’oublier. C’était à elle, à lui, à eux. C’était leur signe de ralliement, c’était le lien qui les unissait en toute circonstance. Il les avait réunis lors de l’attaque de Sedan quelques semaines plus tôt, il servirait aujourd’hui à porter chance à son duc. Plongeant ses azurs dans les prunelles amandes, Ana sourit tout en passant la soyeuse étoffe autour du bras de son mari et enfin elle déposa un tendre baiser sur les lèvres de ce dernier.

- Quoi qu’il arrive, je serai toujours fier de toi mon baron…

Quelques mots murmurés doucement contre sa joue, les laissant s’enfuir jusqu’à l’oreille du concerné et déjà Ana se reculait avant, d’un mouvement vif, repartir en direction de la tribune. Malgré la confiance qu’elle avait en son mari, la peur qu’un accident survienne traversa l’esprit de la jeune femme. Et tout en marchant rapidement, Ana tentait de chasser ces lugubres pensées. La tribune était là se dressant devant elle. Prenant sa respiration, la jolie brune louvoya entre les personnes déjà installées, cherchant du regard quelques connaissances lorsqu’elle reconnut la silhouette gracieuse d’Alienor. Quel plaisir de la revoir. Depuis que le couple ducal avait quitté Troyes, elle n’avait pas revu la jeune fille aussi, Ana lui offrit un petit sourire et la salua d’un signe de tête amical.


Ptitmec13 a écrit:
Elle était arrivé juste à temps pour souhaiter bonne chance à l'ébouriffé avant qu'il n'entre dans la lice. Monsieur bassinet avait pour consignes perpétuelles de protéger son ami. Elle s'était penchée pour lui déposer une tendre bise porte bonheur, enfin du moins elle l'espérait.
Un dernier clin d’œil avant qu'il n'entre puis elle le suivit du regard ne perdant pas une miette de ce qui allait se passer.
Le duel fut rondement bien mené, le pauvre Altaïr devrait pour le coup se contenter d'un seul petit galop.
Quand Aimelin sortit de la lice elle le félicita joyeusement, au moins il irait en 1/4.. ce qui ne serait surement pas le cas pour elle, sa blessure ne l'aiderait en rien même si elle était déterminée à ne rien lâcher.
Elle se souvint de la scène à la citadelle où elle avait tenue tête à l'infirmière qui lui avait conseillé de déclarer forfait. Déclarer forfait, elle.. C'était bien mal la connaitre. Elle avait réussi à se battre à l'épée la tête en sang contre le Duc Zebracolor c'était pas pour déclarer forfait face au Pair de France, surtout qu'elle avait un contentieux avec lui: Les joutes des écuries Royales.
Toute à ses pensées, elle suivait des yeux les évènements qui se produisaient dans la lice, comparant avec les paris qu'elle avait faits auprès de leur hôte. Les deux premiers étaient bons, les deux suivant pour le coup elle s'était plantée.. 50/50 ça faisait quand même une bonne moyenne. Les deux qui suivirent.. 1 sur 2.. on restait dans la moyenne.


Que s'avance sur la lice, Célénya Océalys dicte Ptitmec13, Dame de Lasson et Ztneik du Ried, Pair de France, Duc de Trun, Vicomte d'Almenêches, Baron de Saint Germain-sur-Avre, Seigneur de Vatilieu.

L'appel de son nom la fit sursauter, il était temps pour elle d'y aller. Elle pris une grande inspiration et donna un léger coup de talon dans les flancs de la Belle. Petits chuchotis dans l'oreille de sa jument, une fois en place, penchée sur son encolure à la flatter par la même occasion.
Elle se redressa lentement et finit de passer les accessoires restants. Écu Or et Sable bien fixé, gantelets en place, heaume et visière rabaissée pour se couper du monde alentour et ne voir que son adversaire et rien d'autre, elle fit signe à Minerve qu'elle était prête.
Drapeaux qui s'abaissent et le duo jument/cavalière s'élance dans une galop régulier. Ptit ajuste sa lance et touche sans la briser, le choc de celle de son adversaire sur son écu la fait quelque peu reculer mais elle se maintient en selle tant bien que mal, appuyant malheureusement sur sa jambe blessée pour se faire. Décharge de douleur qui parcours son genou puis sa cuisse, elle grimace sous son heaume, le bénissant de cacher son visage à tout un chacun.
Demi tour en bout de lice on repart pour une nouvelle passe. Nouvel alignement sans faute mais il lui manque l'appui pour donner de la puissance et ainsi briser sa lance. Son adversaire lui arrive à briser et la blondine faut un monumental vol plané, ne cherchant qu'une chose, protéger son genou dans la chute, sinon pour sur ça allait être sa fête à la citadelle.
La réception se fit assez lourdement sur le coté gauche du fessier, Ptit continuant sur sa trajectoire encore quelques mètres en rappant sur le sable.
Une fois immobilisée elle vérifie tout de go son genou qui à l'air de ne pas avoir souffert plus sérieusement. Rassurée elle essaie de se lever mais la réalité se rappelle à elle. C'est qu'elle a besoin d'aide... Les médicastres appelés par Minerve se précipitent pour l'aider. A plusieurs c'est bien facile de relever un poids plume comme elle, même si son poids se voit doublé par la masse métallique qu'elle porte sur elle. Elle les remercie chaleureusement et attrape la bride de Belle Dragonne qui les avait rejoints en autant son heaume.


Au premier hennissement moqueur tu es privée de galop la Belle!!!

Aimelin a écrit:
Spoiler:
 

[Les Quart de finale]


L'étalon ne tenait plus en place comme s'il sentait la nervosité de son ami. Une caresse sur l'encolure en lui murmurant.... ne t'impatientes pas .. c'est à nous.

Le coeur qui s'était mis à battre plus fort dans la poitrine, la respiration qui s'était accélérée, le regard qui fixait droit devant. Puis l'avancée jusqu'à l'entrée de la lice où il se saisit de la lance, avant de diriger au trot sa monture qu'il fait pivoter face à la piste, le regard toujours fixé tout au bout.
Le Duc d'Alluyes est un jouteur d'expérience qu'il a souvent vu à l'œuvre, non sans une certaine admiration. Du haut de ses presque vingt et un printemps, le jeune lieutenant était persuadé qu'il apprendrait toujours et encore en observant les jouteurs expérimentés. Deux victoire, avec celle des Grandes Écuries et celle de la sélection champenoise pour le trophée Minerve, victoires dont il n'était pas peu fier, car symboliques pour lui, et quelques défaites en quart et demi, n'avaient pas altéré sa détermination à aller toujours plus haut. Aujourd'hui, sur les terres d'Izard, c'était un honneur de se trouver face au Duc, pour lui simple petit seigneur, et une certaine crainte de ne pas être à la hauteur.

Surtout ne pas tomber sans avoir touché… phrase qui passait et passait encore devant ses yeux lorsqu'il fit tomber la visière du bacinet apres avoir légèrement tourné la tête vers les tribunes, là où il savait se trouver ce regard pervenche, là où il devinait Célénya. Une grande inspiration lorsque le noir remplaça la lumière du soleil. Il ne s'habituerait jamais à ce moment où il avait l'impression que quelque geôlier venait de l'enfermer à double tour.

Calmer cette respiration qui s’accélérait malgré lui, et qui calmerait son étalon prêt à bondir à son signal. Altaïr savait que le moment approchait, il renâclait et le cavalier fût obligé de le faire tourner sur lui-même tout en le calmant à demi mots. Ne plus regarder autour de soit, se concentrer sur le cavalier qui lui faisait face en bout de lice. Il s'immobilisa à peine quelques secondes, avant que les drapeaux ne s'abaissent.
C'était le moment tant attendu mais aussi tant redouté. Celui où il fallait relâcher les rênes d'Altaïr, et d'une pression de talon lui donner la liberté de laisser parler sa fougue dans un galop effréné.

L'étalon ne le décevait pas, son galop était puissant, rapide et quand son cavalier abaissa sa lance en se penchant légèrement, il donna toute la puissance à son coup pour que sa lance vole en éclats, mais ne parvint pas à déstabiliser le Duc. Soulagement néanmoins pour ce premier passage, même s'il s'était rendu compte de la puissance de son adversaire. Ca n'allait pas être facile de résister une seconde fois, mais l'honneur était sauf.

Il laissa ralentir son étalon et jeta ce qu'il restait de sa lance pour se saisir de la nouvelle qu'un valet lui tendait, avant de faire à nouveau face à la piste, plus déterminé que jamais.

Une autre impulsion qui fit cabrer légèrement Altaïr trop nerveux, avant de s'envoler vers l'écus qui fondait sur eux.


yep ! vas y !!

L'étalon se faisait plaisir et martelait le sol de la lice de ses sabots. Aimelin abaissa sa lance avec la même impulsion pour la briser sans arriver à éviter le coup adverse qui le fit pivoter légèrement, lui faisant sortir son pied de l'étrier, et lui faisant perdre son assise qu'il essaya de récupérer.
Il lâcha les débris de sa lance afin d'essayer de se rétablir en selle en faisant ralentir Altaïr mais il se sentit tomber sur l'extérieur et lâcha les rênes pour rouler sur le sol de la piste avant de se retrouver à plat ventre, et de poser ses mains de chaque côtés de lui pour relever la tête et apercevoir son étalon faire demi tour pour revenir vers lui en trottant.

Il détestait tomber de cheval même si cette fois-ci quelqu'un l'avait légèrement aidé à le faire. Il se mit à genoux avant de se redresser tout en enlevant son bacinet qu'il garda à la main, avant d'attraper de l'autre les rênes du cheval venu le bousculer de la tête.


oui oui.. je sais… mais faut bien que je m'entraîne à tomber non ?

Il était mi colère mi amusé de sa chute sans gravité. Ils s'étaient fait plaisir l'un et l'autre avec ces deux galops, et il regarda le Duc s'approcher afin de le féliciter de sa victoire. Râleur apres ses propres erreurs, mais rarement mauvais perdant l'ébouriffé.


Lexhor a écrit:
Citation :
Que s'avance sur la lice, Lexhor d'Amahir, Duc d'Alluyes, Baron d'Auneau, Seigneur de Pléaux, seigneur de Saint-Denis-Les-Ponts et de Villeneuve l'Abbé, Héraut d'Armes d'Orléans et Aimelin de Millelieues, Seigneur d'Etampes sur Marne, joutera en l'honneur de sa suzeraine Dotch de Cassel.



Première lance...
Les deux jouteurs se font face et dans un échange musclé, les deux jouteurs touchent, seul le seigneur champenois brise sa lance, Les deux jouteurs restent en selle.

Seconde lance...
Un demi tour en bout de lice et les revoici qui s'élancent, encore une fois les deux jouteurs touchent, cette fois-ci les deux brisent leur lances, cependant seul le duc arrive à se maintenir sur sa monture.


Lexhor d'Amahir est déclaré vainqueur.

Les quarts de finale étaient annoncés et Lexhor devait comme bien des fois entrer en lice le premier. Il affronterait un seigneur de valeur, qu'il ne connaissait que pour le voir jouter régulièrement.
Le duel serait donc serré mais n'en serait que plus intéressé.
Lorsque l'oliphant résonna, Lexhor se présenta en bout de lice. fin prêt. Heaume, lance et écu équipés, il n'attendait que le signal de Minerve.

Lorsque celle-ci incita les jouteurs à s'élancer, Lexhor éperonna Arod. Ce dernier fila vers l'adversaire de son maître qui se cramponnait à sa selle, ne quittant pas son adversaire du regard. Le choc arriva vite, un peu trop au goût du duc qui fut surpris et, bien qu'il parvint à ajuster sa lance au dernier moment, le seigneur prit l'avantage.
Encore un duel qui débutait par une première lance ratée.

Demi-tour en bout de lice et au signal du juge diseur, nouvelle lancée vers le bout opposé de la lice. Le jeune frison fait parler sa puissance et sa vitesse. Lexhor, plus concentré prend appui sur ses étriers.

Orrrrrrrrrrlllllllllllllééééééééééééaaaaaaaaaaaaaaaaannnnnnnnnns!!

Le choc est violent, la poussière soulevée en l'air et les éclats de bois volèrent. Lexhor poursuivit son chemin dans son élan et finit par s'arrêter et de faire demi-tour. Il aperçut alors son adversaire à terre.
Il se rendit auprès de son adversaire qui se relevait.


Merci pour ce duel seigneur. Vous êtes un excellent jouteur. La revanche peut-être au prochain tournois.

Un signe de tête et une inclinaison du buste avant de se retirer et de quitter la lice, laissant la place aux prochains jouteurs.

Alienor Vastel a écrit:
[Dans les tribunes]

Quasiment à la même place que pour le tour précédent, légèrement en hauteur pour avoir une vision globale, mais pas trop loin de la lice non plus pour bien profiter du spectacle, là était assise la petite blonde.

Un peu moins tendue que la veille, de toute façon il fallait bien qu’elle s’y fasse si elle devait assister à d’autres joutes par la suite. Et puis, quelque part, on n’est pas la fille d’une ancienne Dame Blanche et d’un ancien Connétable de France, même disparus depuis plusieurs années, sans qu’il ne reste quelque chose de l'ambiance qui régnait parfois au domaine, des entraînements maternels auxquels elle l'accompagnait sur les terres de Pomponne, enfant assise sous un arbre observant sa mère s'essayer à la quintaine. Il y avait toujours un léger frisson d’excitation qui lui parcourait l'échine lorsque les chevaux s’élançaient dans leur galop rapide soulevant la poussière autour d'eux, lorsque les lances heurtaient les écus dans un bruit sourd de bois brisé. Même si l'inquiétude ne pouvait s'empêcher de prendre le pas sur l’excitation lorsque c'était son preux chevalier qui était en lice.

L'adolescente tourna ses pervenches vers les cavaliers qui prenaient place à chaque bout de la lice, les arrêtant sur le seigneur d'Etampes, et elle lui adressa un signe de la tête et un grand sourire lorsque les regards se croisèrent avant que celui du jeune homme ne soit masqué par la visière de son bacinet. Sourire qui se prolonge en songeant qu'à lieu différent, c'était dans les mêmes circonstances qu'elle l'avait vu pour la première fois. Sauf qu'à l'époque, ne le connaissant pas encore, elle avait été moins attentive au face-à-face auquel il avait pris part.

Souffle retenu au signal donné aux jouteurs, blondinette concentrée sur le galop des cavaliers jusqu'au choc de la lance sur l'écu adverse. Et un léger sourire accompagné d'un soupir, une lance brisée mais aucun n'était tombé, à refaire donc.
Ses mains posées de chaque côté sur le banc, son regard ne quittait pas son preux chevalier alors qu'il atteignait le bout de la lice et se préparait pour la deuxième lance, essayant de l'encourager en pensées.

La nouvelle confrontation ne tarda pas, plus violente, plus brutale que la première. Aliénor ferma les yeux un instant sous le bruit, avant de les rouvrir pour voir Aimelin rejoindre le sol. Visage blême, son coeur s'emballant soudainement dans sa poitrine, elle se dressa d'un bond avant de respirer en le voyant se relever sans difficulté apparente. Et de quitter sa place, écrasant quelques pieds au passage dans sa hâte, pour le retrouver à l'entrée de la lice après qu'il eut échangé quelques mots avec son adversaire du jour.

Ne pouvant se retenir de lui adresser avec un sourire espiègle


Jolie chute Messire, vraiment. Sisi, je vous assure, vous êtes tombé avec beaucoup d'élégance !

Aimelin a écrit:
Une inclinaison du buste lorsque le Duc vient le saluer.

je vous remercie votre Grâce.
C'était un honneur de me mesurer à vous et j'essaierai de faire mieux la prochaine fois


un regard vers les tribunes tandis qu'il se dirigeait vers la sortie avant de laisser un sourire éclairer son visage, à la vue de la blondinette qui venait le rejoindre.

Jolie chute Messire, vraiment. Sisi, je vous assure, vous êtes tombé avec beaucoup d'élégance !

Petite hésitation puis petit sourire espiègle en réponse.

merci belle dame.. je disais au Duc que j'essaierai de faire mieux la prochaine fois.
Comme me disait mon oncle, lorsque l'on choit, autant le faire bien.


Il se mit à rire. D'une déception, elle faisait un petit moment de bonheur et rien que pour ça, le présent valait la peine d'être vécu. Il posa le bacinet sur le pommeau de sa selle pour ne garder que les rênes dans une main et prendre la main d'Aliénor le temps de rejoindre leur campement.
Tout en marchant un petit sourire vint éclairer son visage, tandis qu'il pensait à une certaine eau d'un certain bain. Il lui jeta un petit regard amusé tout en continuant à discuter, sans pour autant lui rappeler ce fait. Elle verrait bien elle-même et il se délectait à l'avance de ce petit moment à venir.



Dernière édition par Aliénor le Ven 16 Sep - 15:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://jardinsecret.forums-actifs.com
 
Joutes de Chaumont - Lice
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ambre de chaumont 2010
» La lice de Manue
» [Vendredi 29 Octobre] Stage à Chaumont (52)
» Délice des Petits Fours
» Tomate Délice d'or

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: RP d'ici et d'ailleurs :: RP Archives 1459- :: Année 1459-
Sauter vers: